Il était une fois, un bel homme, la trentaine, ayant bien réussi dans sa vie professionnelle, habitant un bel appartement en centre-ville. Il s’appelait Nicolas, bien que son physique fasse craquer toutes les femmes, il était toujours célibataire car il préférait collectionner les aventures et les conquêtes plutôt que de se caser avec une seule femme.

Un samedi soir, alors qu’il venait de raccompagner sa conquête de la soirée, il alla se brosser les dents dans sa salle de bain. Alors qu’il fixait son visage dans le miroir, il crut voir que la glace s’était mise à onduler comme une flaque d’eau ! Il lâcha sa brosse à dent tellement cette vision lui paraissait étrange, puis au bout de quelques secondes, le miroir redevint normal. Nicolas se dit alors que c’était sûrement dû à tout le champagne qu’il avait bu pendant la soirée.

Le lundi suivant, il commença à draguer une nouvelle fille proche de chez lui, par Meetic. Elle semblait assez séduite par Nicolas. Lui, avait comme objectif de réussir à se la taper le week end prochain. Il avait fait un calepin dans lequel il notait tous les prénoms des filles avec qui il avait couché et il tentait d’avoir le plus de prénoms différents possible. Sa dernière cible avait un prénom original pour son âge, elle s’appelait Bénédicte, alors Nicolas faisait tout ce qu’il pouvait pour la pousser à la rencontre ! Il faut dire qu’une femme d’une trentaine d’année s’appelant Bénédicte, ça ne court pas les rues.

C’est comme cela que se déroulait sa vie de séducteur, quelques sexfriends régulières en semaine et une nouvelle conquête tous les samedis. Il n’avait que peu d’estime pour toutes ces femmes avec lesquelles ils couchaient, ils les trouvaient naïves et si facile à manipuler afin de les mettre dans son lit. Pour beaucoup de femmes, Nicolas était tout simplement un connard qui ne respectait pas la gente féminine

Après quelques jours à draguer de son mieux Bénédicte, une rencontre était prévue, et ce soir, ils avaient rendez-vous ans un bar branché très proche de chez lui.

C’était sa méthode, il invitait les filles dans un bar très bruyant de sa rue, puis au bout d’un moment, prétextant que le brouhaha devenait pesant, il proposait à son futur coup d’un soir, de finir la soirée au calme chez lui.

Ce jour-là, alors qu’il se préparait pour rejoindre Bénédicte, dans sa grande salle de bain, il boutonnait sa chemise, et alla devant le miroir pour parfaire sa coiffure. Mais à ce moment-là, la surface du miroir se mit à nouveau à onduler, l’image se troubla. Il ne pouvait pas remettre cela sur le dos de l’alcool, car il n’avait pas encore bu. Au bout de quelques secondes, la surface du miroir se figea, mais il ne voyait plus son reflet. Il y avait une magnifique jeune femme… Après un long moment à la regarder, il trouva qu’elle lui ressemblait énormément… Il se reprocha du reflet. N’étant plus qu’à quelques centimètres de la vitre, il posa la main dessus.

 Et soudain le monde se mit à tourner…

Tombé à la renverse sous le choc, il se relève puis regarde à nouveau le miroir. Cette fois là il ne voit pas le reflet d’une femme mais celui d’un homme, le sien. Il se regarde en vrai et découvre qu’il est dans le corps de la femme du reflet ! Il s’observe un moment puis cédant à la tentation se dévêtit. Il découvre une belle poitrine, un gros bonnet bien en forme, un ventre tout lisse et un beau fessier bien rond. Un corps digne d’actrice X. Ses mains parcourent son nouveau corps, découvrant de nouvelles sensations. Arrivé sur son pubis, il se rend compte qu’il a toujours ses attributs de mâle… Il ne comprend pas, étant donné qu’ils sont de taille réduite, comme atrophiés.

Intrigué par cela, il prend sa petite queue en main et commence à se caresser. Le plaisir ressenti est totalement différent, presque faible, l’érection ne vient pas. Il se caresse les seins, et ressent plus de choses, ainsi qu’en se frottant le cul. Excité par ses caresses sur son cul, il passe ses doigts dans sa raie et ressent un pic, un frisson de plaisir en touchant sa rondelle

Il se rappelle son rdv, et devant retourner dans son monde, emprunte le même chemin qu’à l’allé, à savoir, le miroir. Le revoilà lui, dans son corps d’homme, Il regarde sa montre et voit qu’il a passé une demi-heure de l’autre côté. Le temps passe donc de la même façon. Il s’en va donc rejoindre sa proie avec précipitation et une grande excitation mélangée à de l’anxiété.

Il ramena Bénédicte dans son loft, très vite ils furent débarrassés de tout vêtements, une robe sexy et un petit string pour mademoiselle et un joli costume pour monsieur. Il l’emmène dans sa chambre, la dépose sur son grand lit, lui dit d’attendre le temps qu’il se rafraîchisse dans la salle de bain. A poil, il se regarde dans le miroir refait sa coiffure, un coup d’eau sur le visage et en relevant la tête, il revoit cette vague sur le miroir, puis son reflet féminin. Il regarde son double, hésite puis tourne la tête et vas rejoindre sa conquête du soir.

Il la trouve comme il l’a laissée, nue et pleine d’excitation. Il s’approche, pose sa main sur sa chatte puis lui caresse le clitoris. Son expérience de l’autre côté du miroir lui a donné envie de procéder autrement de d’habitude. Elle gémit très vite, et mouille abondement. Tout en branlant ce petit bout de chair, il rentre deux doigts et les fait bouger rapidement pendant que sa bouche se porte sur son sein gauche. Très vite il l’amène à la jouissance et il en profite pour la pénétrer violemment. L’orgasme l’ayant rendue trempe il glisse sans problème en elle et ne cherche a ce moment-là qu’à se soulager en elle. Il la baise pendant un bon quart d’heure puis se lâche en elle.

Il se pose à côté, tous deux sur le dos, il ne dit rien, se lève et va de nouveau se rafraîchir à la salle d’eau. Un regard dans le miroir lui donne le sourire alors que celui qui lui répond est celui de son double de cet autre univers.

Avec une petite idée dans la tête, il pose sa main dessus.

Il se retrouve pour une deuxième fois dans le corps de son double « féminin » ou devrait-on dire « sissy ». Toujours son idée en tête il se redirige dans sa chambre. Sur le lit ne retrouves pas Bénédicte, mais un bel homme avec un beau service trois pièces. Il reste sur le seuil et hésite à continuer, il n’a pas l’habitude d’être dans cette position. Le double masculin de Bénédicte le hèle, et le tire de sa confusion.

Il ou devrait-on dire « elle » avance, fait le tour du lit et grimpe à quatre pattes au-dessus de lui. Elle l’embrasse, caresse son corps et découvre ce que c’est d’échanger les rôles. Elle glisse vers son entre jambe, et prend le membre de son partenaire en main, il est au moins aussi gros que le sien, enfin celui de son vrai corps. Ne ressentant pas l’envie de prendre la main, il masturbe cette queue et attend les directives.

Anxieuse de cette nouveauté, elle appréhende les réactions de son partenaire qui commence gentiment en lui demandant de faire de petits bisous sur cette belle verge, de la découvrir lentement. Rassurée, elle la lèche, le gland d’abord, sur toute sa longueur ensuite, elle la goûte sous tous les plis.

L’homme à l’autre bout montre son plaisir avec ses gémissements et sa respiration qui accélère. Il pose sa main sur sa tête pour imprimer son propre rythme. Il pousse l’obligeant à avaler le gland ainsi que toute la verge. Elle le prend au plus loin, déjà plus de la moitié, elle en est fière pour une première, mais à quand même peur décevoir son partenaire. Elle commence donc à faire jouer sa langue autour pendant que Ben donne son rythme. La salive coule abondamment, accentuant les bruits de succion. Les mouvements s’accélèrent, sa bouche devient un simple trou à bite. Ben se met à grogner, et devenir plus violent avec la tête de Nicole, notre petite sissy, puis stoppe tout et pousse la tête au plus loin sur sa bite avant de lâcher tout son jus directement dans la gorge de cette bonne suceuse. Elle s’étouffe, crache ce qu’elle n’a pas avalé et peine à reprendre sa respiration. Il lui ordonne de nettoyer tout ce sperme, ce qu’elle fait sans trop rechigner, à son propre étonnement.

Son partenaire épuisé par cette jouissance s’endort plutôt vite. Elle retourne alors se voir dans le miroir. Le reflet est le sien, une petite sissy, le visage plein de sperme, le maquillage dégoulinant. Elle va prendre une bonne douche avant de retourner de l’autre côté du miroir, elle fixe son miroir, mais il ne bouge pas, le reflet reste celui de la femme…

 

Navigue dans cette catégorie

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This