1. Pour Sissy
  2.  » 
  3. Histoires de Sissy
  4.  » Sissy Factory, Sissification validée avec succès

Le début de l’histoire est ICI

Vingt-quatre heures passèrent en je n’en revenais toujours pas de tout ce que j’avais accompli : j’étais devenu Rose.

Je n’avais pas quitté ma tenue affriolante de la journée, j’avais marché en talons toute la journée et ma perruque resta vissée sur ma tête tout ce temps. Chaque fois que je passais devant un miroir, j’avais toujours la sensation de me sentir belle. D’ailleurs il faut que je m’y habitue, je dois parler de moi au féminin, je suis dorénavant Rose.

Avant la fin du décompte des 24h00, je me regardai une dernière fois dans le miroir, pris une photo de moi et l’envoya à Alice avec en commentaire « Merci pour tout, c’est grâce à toi ce sourire. Ellel me répondit dans la foulée « Tu es très belle, je suis fière de beau boulot qu’on a fait. Xoxo Alice »

J’enlevai ma nouvelle tenue préférée pour aller me doucher et redevenir le mec que je suis. A la fin de ma douche le téléphone vibra, mon regard se porta dessus :

« Etape 3. J’espère que tu as profité de ton repos car le boulot va s’intensifier ! Maintenant tu dois aller acheter des jouets dont voici la liste : 
Un gode,
Une poire de lavement,
Une cage de chasteté,
Un plug anal. 
Tu as évidemment 24h00. Bon courage ».

Oh la vache ! Effectivement la tâche devient plus ardue ! Cette fois-ci impossible de me dérober et de faire croire que c’est un cadeau pour ma copine, ils vont me griller direct à la boutique !

Bon tant pis, il faut que je m’y habitue de toute façon.

Le lendemain matin, je sautai dans mes habits de tous les jours et me préparai pour mes nouvelles emplettes. J’entrai directement dans le sexe shop du centre-ville et un homme bedonnant de la cinquantaine m’accueilli immédiatement.

J’étais gênée mais au fond de moi Rose appréciait se moment. Je fonçais directement au rayon qui me concernait, je tombais sous le charme d’un joli sex-toy qui pouvait être parfait pour moi, un gode en forme de bite qui pouvait se ventouser, parfait pour libérer ses mains.

Juste à côté se trouvait un petit plug anal surmonté d’un faux diamant rose, parfait pour aller avec ma robe rose. Je choisis une cage de chasteté rose crème toute mignonne, Pour finir mes amplettes, je pris un embout à visser sur la douche afin d’effectuer mon lavement. Parfait j’avais tout !

Voici venu le moment d’affronter le regard salace du vendeur.

« Et bien je vois que monsieur va se faire des petits plaisirs solitaires, vous avez raison ! Tenez je vous offre ce tube de lubrifiant vous en aurez bien besoin ».

Je le remerciai et fonçai chez moi afin de valider au plus vite cette épreuve. Même sanction que les vêtements, j’étalai mon butin sur le lit et envoyai la photo.

« Etape 3 validée par votre tutrice. Félicitation vous approchez du but ! ? »

Je reçu par la suite un message de Mélodya :
« Très joli choix de jouets, le plug ira parfaitement avec ta robe ! Bisous et continues ainsi ».

J’Étais toujours satisfaite de lire les messages de Mélodya, chaque réponse de sa part était un boost pour moi. La suite arriva très vite :

Etape 4. Attention les choses deviennent sérieuses ! Une sissy n’as pas de bite, elle n’a qu’une chatte anale ! C’est le moment de verrouiller ta petite bite en cage et de travailler ta chatte anale à l’aide de ton gode.

Effectivement les choses deviennent sérieuses !

Je m’emparai de la petite cage afin d’emprisonner ma bite, c’en était fini pour mon attribut masculin.
Le à clic à de la cage confirma que maintenant je n’étais plus qu’une sissy.
Je pris avec une main tremblante mon gode, le posa à côté de moi et réfléchi à la situation : je vais m’apprêter à m’enculer.

Je commençai par me lubrifier le trou avec du gel afin que ça glisse tout seul, mais par peur de me faire mal, je commençai par me doigter.
Lorsque mon doigt entra dans mon petit trou du cul, un frisson de plénitude parcouru mon corps… Mon dieu ça fait un bien fou !

Je fis quelques aller-retour avec mon doigt pour détendre ma rondelle et commencer à prendre du plaisir.
Putain c’est bon d’avoir quelque chose dans le cul !Mon dieu je me sens chaude, c’est pas possible, je suis vraiment en train de devenir une sacrée catin !

Mes yeux se portèrent sur mon braquemart de silicone et je me fis la réflexion que ça serait sûrement plus agréable que mon petit doigt ridicule.
Le faux gland entra en premier, je soupirai de plaisir tout en faisant rentrer le reste de mon gode. Ah ouaaais, ça y est je suis au bout, c’est bon !
Excitée comme une salope, je me baisais avec vigueur mon cul, j’avais vraiment envie de me défoncer la chatte, alors trêve de caresses.
Je me mettais à gémir, à me tortiller, ma petite bite en cage ne demandais qu’être libérée pour que je l’empoigne et la branle vigoureusement mais je devais m’y faire : je suis une pute anale !

A force de baise anale violente et rapide, je sentis une sensation étrange dans mon corps qui me fit couiner de plaisir… Je crois que j’étais en train de jouir !

Un filet de mouille s’écoula de ma petite chose en cage et je couina comme une salope, oh mon dieu !

Je pris une photo de mon gode dans le cul, on voyait ma queue enfermée qui coulait et je l’envoyais rapidement par l’appli avec en commentaire « Mon premier sissygasme ».

Mon téléphone vibra dans la foulée avec une notification de Mélodya : « félicitations à toi Rose, on dirait que tu as compris comment utiliser ta chatte ! »

Etape 4 validée avec succès.

Les draps puants de foutre ? je me disais que finalement je commençais à adorer ce qui se passait, j’adorais assumer ma part de féminité et surtout assouvir mes pulsions sexuelles.

Etape 5 : c’est bien beau de savoir utiliser ta chatte mais maintenant il va falloir assumer au grand jour que tu es une femelle ! Chausse tes talons, enfile ton plug et va faire une petite viré en ville habillée comme une catin. Amène quelqu’un avec toi pour qu’on ait une preuve de ton escapade.

Mon sang ne fit qu’un tour ! Certes j’aimais mon côté femelle, mais j’étais loin d’assumer ça au grand jour… Mais il fallait que j’y arrive, je devais aller au bout du jeu je n’avais pas le choix !

Il fallait que j’envoie un message à quelqu’un digne de confiance pour cette mission, Melodya devait pouvoir m’aider.
Je lui envoyais un message et sa réponse ne se fit pas attendre à « Désolée mon petit bouton de Rose, je n’ai pas le droit de t’aider… Il faut que tu trouves quelqu’un d’autre ! Bisous ».
Mais à qui je pourrais envoyer un message… à Alice ? Non j’ai trop honte… Quoiqu’elle eût l’air enjouée à l’idée de m’aider. Allez il faut que je tente.
Hop message envoyé.
Je suis folle.
« Hey coucou Rose ! Je suis trop contente que tu m’envoies ce message, je passes te prendre dans une heure ça te vas à Xoxo ».

Mon petit ange gardien était encore présent pour moi.

Une heure plus tard, chaussée de mes hauts talons, dans ma robe moulante, un plug au cul, maquillée comme une traînée, mon interphone sonna «  Prête pour notre petite virée à ».

Cette voix rassurante me fit descendre les marches de mon immeuble 4 à 4, j’ouvris la porte d’en bas et c’est un immense sourire qui m’accueillait dans le monde réelle.

«  Wahoo, Rose tu es ravissante ! Tu vas te faire reluquer je pense, je suis jalouse ! ».
Elle me prit par le bras et timidement je fis mes premiers pas.
Les premiers pas furent hésitants et naturellement, je me mis à tortiller du cul.
Alice me fit remarquer que je venais de me faire mater.

Je me retournai et vis deux blacks me mater. Je rougis comme pas possible et heureusement que je n’avais pas retiré ma cage sinon on aurait vu ma bite gonfler sous ma robe.
Nous fûmes plusieurs boutiques tout en papotant et me sentis si bien en sa présence.

« Rose, il faut absolument que tu essayes cette robe à paillettes je suis sûre que tu serais magnifique avec ! Attends prends aussi ce manteau en fausse fourrure, ça sera parfait aussi ! »

Sur les recommandations de ma copine Alice, je pris ces affaires, fonçai en cabine et enfilai cette robe.
Elle me moulait et m’arrivait à ras le cul, wahoo j’étais bandante !
Alice ouvrit le rideau :

« Tu es trop belle ! Tu vas en faire bander des mecs ! J’avoue que même moi, ça ne me laisse pas indifférente… Attends il faut que je te prennes en photo, ça serait parfait comme preuve pour ton application ».

En dehors de la cabine, avec ma tenue digne d’une nana qui fait le trottoir Alice me prit en photo. J’avais un sourire immense et elle aussi.
Allez parfait j’envoie cette photo pour valider l’ étape et je passe en caisse avec ces articles.
« Ça fera 49€, s’il vous plaît mademoiselle. »
Cette phrase me fit un bien fou, l’hôtesse venait de me dire à mademoiselle. Je suis donc une femelle moi aussi.

En sortant de la boutique mon téléphone vibra :
« Je vois qu’on s’amuse bien ! Tu es ravissante avec cette robe, une vraie putain ! Joli sourire «également, tu es épanouie je vois., Melodya ».

Elle a raison, jetais heureuse.

Etape 5 validée avec succès !

Image des produits de la boutique de tshirt sissy cocu

Alice proposa de me ramener jusque chez moi. Pour la remercier de la fabuleuse journée, je lui proposai de monter chez moi boire un verre.
Nous étions installées toutes les deux sur mon canapé, nous discutons entre copines et c’était super agréable.

Elle me demanda comment j’en étais arrivée à me travestir.
Je lui répondis qu’au début je ne pensais pas en arriver là, mais que de plus en plus je me sentais femme et que j’avais adoré la sensation de plaire à ces deux blacks dans la rue.

Elle voulut savoir si j’avais déjà couché avec des mecs et si j’étais gay.

Je lui répondis qu’avant ça j’étais hétéro, que j’aimais les nanas, je fantasmais juste en me branlant dans de la lingerie.
Elle posa sa main sur ma cuisse.
Elle me susurra à l’oreille : « Ça veut dire que j’ai ma chance avec Rose ? ».

Mon dieu qu’était-il en train de se passer ! Alice était en train de draguer Rose ! Mais rien n’étais possible car j’étais en cage…
Je rougis telle une petite sainte nitouche, baissa la tête en direction de ma cage et dis tout bas :
« Alice tu me plais… Mais moi, Rose, je ne vais pas pouvoir te faire grand-chose ».

– Qui te dis que j’ai envie de ta ridicule petite bite ?! Tu dois bien avoir des jouets pour te soulager, je vais m’occuper de ta vraie chatte Rose. Va enfiler ta nouvelle tenue et amusons-nous, me répondit-elle en riant.

Alice était tellement mignonne, exactement le genre de nana que le moi d’avant aurait aimé et elle, l’elle veut baiser Rose.
Je ne pouvais donc pas refuser ses avances et je savais que j’allais prendre mon pied…
Je me levai du canapé et commençai à faire deux pas en direction de la chambre, Alice me bouscule et me dit « Ha, non ! Les chiennes, ça marche à quatre pattes ! »

Elle me dominai, et j’aimais ça, car sans hésiter je me mis à quatre pattes et lui répond un « oui maitresse ».

Elle rigola et me répondit « Je savais que tu étais une petite salope, je l’avais vu dès notre première rencontre. Et c’est ce qui me plaît chez toi. Alors maintenant offre ta chatte a ta maîtresse ».

Arrivée dans ma chambre, elle me fit signe de me cambrer et d’attendre sagement sur mon lit.
Je m’exécutai, me mis à quatre pattes sur mon lit et leva mon petit cul en l’air.
« Et bien je pense que ce bijou dans ton petit trou du cul ne vas pas te servir à grand-chose là ».
Sur ces mots, elle retira violemment mon plug et libèra ma chatte anale.

Elle ouvrit mon tiroir de table de nuit et saisi mon matériel sexuel, elle prit quand même le soin de prendre mon lubrifiant et m’en tartina le cul.

« Je vais te violer la chatte Rose. Je pense que ça va être nécessaire de bien te lubrifier ».
Elle massa bien mon trou pour bien qu’il soit glissant,  puis je sentis deux doigts entrer dedans… Mh quel plaisir !
Je reçu une énorme fessée.

« Ne crois pas que je vais te masser le cul ! Je ne fais que le préparer ! »

Si ma petite bite n’avait pas été encagée je crois que j’aurais bander fort suite à cette fessée.
Elle saisit mon gode et me l’enfonça dans la gorge.

«  Allez, je veux qu’il soit bien glissant petite cochonne ! Il doit bien rentrer dans ton cul ! »
Et je suçai avec beaucoup de vigueur, je bavai dessus comme une salope, je voulais que ma maîtresse Alice soit fière de moi.
«  Ah ahah très bien salope il est tout trempé, allez, serre les dents, ouvre ton cul je rentre ».
Je cambrai au maximum pour bien présenter mes petites fesses à madame.
Ooouf effectivement elle n’y alla pas de main morte, le gode était entré directement au fond de mon cul.
Les premiers va-et-vient furent douloureux, je mordais mon oreiller pour ne pas crier, mais plus mon trou se détendait plus je me mettais à couiner de plaisir.
Alice me demanda :

«  Alors Rose tu kiffes te faire prendre la chatte ? demanda Alice.

– oui… j’ad… j’adore…, répondis-je en haletant.

– J’ai pas bien compris ? me demanda-t-elle après m’avoir mis une énorme fessée.0

– J’adore être votre puce, Alice.

– Tu es donc à moi ? dit-elle en riant !

Les coups de godes s’accélèrent et ça me rendait terriblement chaude, je ne me rendais même pas compte que je couinais à voix haute, ce qui faisait rire Alice, je sentais qu’elle aimait me baiser le cul.

Mon abattage par ma maîtresse me rendait dingue, j’adorais être à elle et j’adorais surtout qu’elle me baise comme une sissy.

Je fermais les yeux et couinais toujours de plaisir pendant qu’Alice baisait rapidement ma chatte, mon esprit était tellement chaud que sans m’en rendre compte, je me mis à juter à travers ma cage en jouissant par ma chatte.
Alice se rua sur ma semence et s’en mît plein les doigts, elle lécha son doigt et me le tendit : «  Tiens Rose, je veux qu’on partage ça » et s’en réfléchir je suçai son doigt.
J’étais sa femelle désormais.

Je n’eus même pas le temps de prendre ma respiration, mon cul n’eut même pas le temps de refroidir que mon téléphone vibra.
Alice se saisit de lui et me fit la lecture :

« Etape 6. J’espère que tu as aimé te faire mater parce que maintenant tu vas entrer dans le grand bain : tu vas devoir baiser avec un mec. »
Ma gorge se serra quand elle lut ces mots.
« Alice, je vais devenir gay alors ?

– Non Rose, tu vas devenir une sissy.  J’ai le candidat idéal pour toi Rose, c’est un ami à moi il s’appelle Jordan. J’ai déjà couché avec lui une fois, c’est un grand black bien bâti par contre il a une énorme bite, ça va te changer de ton mini gode là ! Allez je l’appelle de suite il va venir direct quand je vais lui expliquer !
– Attends Alice ! Je ne crois pas…

Elle me gifla directement et me répondit :
«  Rose, tu es à moi maintenant. Et je veux que tu remplisse cette étape 6 et surtout que tu te fasse remplir ! Tu comprends ça ?
– Oui madame.

Jordan était apparemment très chaud à l’idée de baiser une sissy parce qu’il ne demanda pas plus d’explications à Alice.
Pour patienter avant qu’il arrive, Alice me remit mon plug et me demanda de me repomponner pour être présentable.
Trente minutes plus tard, la sonnette retenti.
Alice me fit signe d’aller dans la chambre, de m’assoir sur le lit et qu’elle allait accueillir Jordan.
Je m’exécuta.
Jordan entra dans la chambre.
Il faisait 1m95 pour presque 100kg de muscles, je paraissais menue et ridicule à côté de ce beau black.
Il rigola et regarda Alice :

« Donc c’est ça ton jouet ? Et ben c’est qu’elle est bandante ta petite pute Alice ».

Il baissa directement son pantalon et machinalement, j’ouvris la bouche car je comprenais que ça y j’étais une sissy salope.
Alice s’assît sur le fauteuil de ma chambre et se mit à poil pour commencer à se toucher.
Jordan me présenta son monstre.

Mon dieu jamais je n’allais pouvoir sucer ça.
Son gland tout noir et tout chaud entra dans ma bouche, j’avais déjà l’impression de m’étouffer.
Il saisit l’arrière de ma tête et m’enfonça profondément. J’avais l’impression qu’elle était dans mon estomac j’ai failli vomir lorsque que son gland toucha ma glotte.
Mon dieu, je bavais de plaisir avec cette bite en bouche !

Les aller-retour commencèrent et j’adorais ça, le gout de la bite me plaisait et mes pensées était tellement chaudes que mes mains se saisirent de la bite de Jordan pour accélérer la cadence.
Alice me fit du coin de la pièce :

« Et bien Rose tu prends des initiatives, je suis fière de toi ! »

Ces mots me chauffèrent et me rendirent d’autant plus pute.
Jordan se retira : « Vas-y mets-toi à quatre pattes j’ai envie de te baiser la chatte ».
Je ne réfléchis même pas et me mis en position sur mon lit.
Jordan cracha sur mon trou, m’agrippa les hanches et entra en force.
Oh oui Alice avait raison, sa bite était énorme !

Je cria de plaisir tant il me limait, son épaisse bite était parfaite pour mon cul, son gland me donnait l’impression d’être au tréfonds de mon cul.
Pendant 5 minutes je me fit baiser la chatte anale telle une pouffiasse, en face de moi Alice se doigtait et gémissait de plaisir, elle prenait son pied en me regardant me faire baiser.
Jordan se retira et se mit sur le dos sur mon lit.
Sans même poser de question, machinalement, je me saisis de son mastodonte et m’assis dessus.
Je chevauchais cette grosse bite comme une trainée et je couinais comme une actrice de cul, je kiffais tellement ça.

Jordan kiffais aussi parce qu’il me grognait des « Oh putain », des « comme t’es bonne et des « tu es bien bandante salope », ce qui ce qui me rendait encore plus chaude.
Alice se leva et couru jusqu’à son téléphone qui sonna, elle revint en criant : « les renforts arrivent Rose ! »
Mais qu’avait-elle prévu ?

Un second grand noir entra dans ma chambre, Alice lui dit que j’étais une jolie pupute et qu’elle m’offrait en cadeau.

Il se mit directement à poil et Jordan changea de position.
J’ étais maintenant de nouveau à quatre pattes avec Jordan dans mon cul et Ben dans ma bouche. Mes deux trous étaient pris, je me sentais vraiment salope, mais c’était le pied.

Alice rigola et pris mon téléphone « Une photo parfaite pour valider l’étape 6 ! »

J’étais si bien à vrai dire, je me sentais à ma place de soumise.
Les deux beaux blacks me baisaient violemment, Alice gémissait toujours de plaisir sur son fauteuil.
Il faut croire que je suçais comme une déesse parce que sans prévenir Ben lâcha sa semence dans ma bouche.
Il s’excusa mais je lui répondit instinctivement « merci, je voulais gouter le foutre chéri »

J’avalais ce jus chaud et salé. Mon dieu c’était trop bon, j’adorais ce gout !
Je n’eus même pas le temps de savourer ce met délicieux que Jordan se mit à accélérer la cadence ce qui me fit crier de plaisir.
Alice se leva et se mit fasse à moi, les cuisses écartées.
Je compris que je devais faire jouir ma maîtresse.
Jordan me pilonnais et moi avec mon haleine pleine de foutre je broutais le minou d’Alice.

La baise était tellement intense que je me remis à juter à travers les barreaux de ma cage et à ce moment précis Alice se mit également à jouir.

J’avais fait jouir ma maîtresse avec la langue ! Décidément j’étais douée avec ma bouche !

Jordan me changea de sens car il n’avait qu’une envie : me terminer.
Il me mit sur le dos, au bord du lit et il prit mes jambes autour de son cou.
Je savais que j’étais finie.

Il me baisa avec force et il me fit crier fort de plaisir, c’est à ce moment que son jus coula au fond de mon petit cul.
Il se retira, essuya les dernières goutes de son sperme sur ma bouche et se rhabilla.
Les deux beaux garçons partirent sans me dire un mot, ils remercièrent Alice et partirent.
J’étais aussi satisfaite qu’humiliée.

Alice me regarda, j’avais le maquillage dégoulinant et mon cul suintait de sperme.

« Tu vois c’est ce qu’on appelle se faire niquer comme une pute et désormais, ça sera ton quotidien Rose ».

Elle s’approcha et s’assit à côté de moi sur le lit.

« Par contre, j’ai aussi aimé quand tu m’as léché et si tu es d’accord j’aimerais partager la vie de Rose ».
Ces mots me donnèrent si chaud et me firent sourire.
Je crois que je suis heureuse d’être une soumise à sa maîtresse.
Mon téléphone vibra et je regardai le message.

« Coucou Rose, c’est Melodya. Je viens de voir cette magnifique photo de toi en train de te faire baiser et je n’ai qu’une chose à dire : bienvenue dans mon monde.
Je tiens à te le dire en personne mais sache que la sixième et dernière étape de ton processus de sissy est validée avec grand succès !
Je suis si fière de toi et sache que si tu as besoin de conseils je serais toujours là.
Prends soin de toi. »

Dorénavant, je serais une sissy et j’appartiens à ma maîtresse, Alice.
Depuis mon quotidien est de vivre dehors en mec mais avec une cage dont les clefs sont détenues par la maîtresse.
Et quand elle le décide je me fais baiser par les mecs de son choix.
C’est ma nouvelle vie, la vie d’une sissy soumise à une superbe maitresse et je n’ai aucun regret à être devenue Rose.

Navigue dans cette catégorie

1 Commentaire

  1. Tellement hot, j’adore!

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This