1. Pour Sissy
  2.  » 
  3. Histoires de Sissy
  4.  » Sissy Factory, premières étapes

Depuis ma tendre adolescence, j’ai un kiffe un peu particulier : j’adore me vêtir de strings et de robe et me branler devant des pornos transgenres.

Je ne sais pas pourquoi j’ai ce vice, mais j’ai le souvenir d’être tombé par hasard sur un porno avec une trans à énorme bite en train d’enculer un mec et ça m’a terriblement excité.

Depuis, j’étais incapable de regarder des pornos hétéros, les chattes ne m’excitaient plus du tout. Je n’aimais que les grosses bites de trans, pour moi une actrice de cul devait avoir une bite sinon j’étais incapable de bander.

La prochaine étape de ma perversion fut de voler un string neuf à ma sœur, à force de voir des actrices vêtir des dessous sexy, je me disais que la dentelle au contact d’une bite devait être une sensation agréable.
Et ce fut le cas, ce string noir à dentelle était devenu mon compagnon de branlette tant j’adorais cette texture le long de ma bite.

Malgré ma perversion pour les trans et les strings sexy, je n’éprouvais dans la vie de tous les jours que de l’attirance pour les meufs.
Je ne suis sorti qu’exclusivement avec des filless et je ne sentais aucune attirance pour les mecs.
Je ne pense donc pas être gay, mais juste un gros pervers kiffant les trans à grosses bites.

Au fur et à mesure mon excitation pour les trans s’était déportée vers une autre catégorie de personnes du troisième sexe : les travestis.
J’étais tombé par hasard sur une vidéo d’un mec vêtu comme une salope avec une robe rose bonbon, des talons immenses et de la lingerie affriolante.

Ce mec se comportait comme une petite salope et suçait un autre gars comme une traînée l’aurait fait.
J’ai tellement adoré cette vidéo qu’en quelques minutes de branlette, j’avais déjà joui à l’intérieur de mon string.
Purée je crois que je deviens gay en fait,  j’adore voir les travelos se faire prendre par des mecs !

J’étais célibataire depuis plus de six mois et je comblais ma solitude en matant du porno de sissy, toujours la même rengaine : un mec qui s’habille comme une salope avec des tenues hyper sexy et se fait baiser comme une salope.

Je crois que moi aussi j’aimerai goûter aux sissy en fait…

Un soir, je m’inscrivis donc sur un site de rencontre spécialisé dans le « 3ème sexe ».
Il y avait des mecs en rut qui recherchaient des coups d’un soir avec un travesti, des travestis recherchant des plans mais aussi des transsexuels sexy qui cherchaient des relation sérieuses.
Je devais donc pouvoir trouver sans mal mon bonheur.

C’est ainsi que je rencontra « Mélodya » un travelo de trente-huit ans, 1m75, une longue perruque rousse et des tenues affriolantes.
Elle me donna rendez-vous chez elle dès le lendemain. J’avais hâte !

Le lendemain soir, je me précipitais chez Mélodya avec qu’une hâte : baiser ma première sissy !
Elle m’ouvrit la porte, elle faisait presqu’une tête de plus que moi sur ses immenses talons et d’une voix masculine exagérément aigue, elle me fit « entre mon mignon ».
Ces mots là me firent bander.

Elle me demanda de m’assoir directement sur le canapé, de baisser mon pantalon et de me laisser faire.
Elle me suça vigoureusement, mais j’étais tellement excité qu’en quelques va-et-vient, je lui lâcha mon sperme dans la bouche.

Bordel j’ai honte, je m’excusa d’emblée de n’avoir tenue que 2min et surtout de lui avoir lâché tout mon jus dans la bouche sans prévenir.

En plus d’être sexy, elle était adorable, elle me signifia que ce n’était pas grave la première fois d’un mec avec un travelo pouvait être terriblement excitante étant donné leur expertise en sexe.

Cette phrase me fit rire et me détendu.

Elle me demanda donc si ça me disait qu’elle me serve un verre et qu’au lieu de partir comme un voleur, on se détendait tranquillement en discutant.
J’accepta sa proposition avec grand plaisir.

Elle me raconta son parcours, qu’elle était Éric dans la vie de tous les jours mais sa vraie personnalité était Mélodya.

Elle se rendit compte de son penchant pour le travestissement puis pour les mecs en regardant énormément de porno trans lorsqu’elle avait dix-huit ans et qu’elle se mit par la suite par porter de la lingerie.

Mince… Exactement comme moi en fait… J’étais donc voué moi aussi à devenir une Mélodya avide de sexe ?

Je lui expliqua ensuite que pour ma part, j’ai commencé à aimer les trans en regardant des pornos et que depuis mon adolescence aussi j’adorais me branler dans le même string. Sa réponse me fit frissonner :
« Ne te leurre pas chéri, tu ne veux pas te l’avouer mais toi aussi tu es une sissy… Moi aussi j’ai commencé comme toi ! »
Elle me parla donc d’une application mobile qui pourrait m’aider à ouvrir les yeux.
Ca s’appelait « Sissy Factory ».

Elle m’expliqua :
« Le principe est simple, tu entres le numéro de téléphone de ta tutrice et chaque jour l’application te donne un ordre et tu dois le faire.
Tu as 24h00 pour effectuer ta tache et envoyer une preuve en photo à ta tutrice qui valide l’étape pour ensuite passer à la prochaine. »

Elle m’écrivit son numéro de téléphone sur un bout de papier avec le nom de l’application en dessous et me signifia de réfléchir à ça, que cela pourrait m’aider à m’épanouir.
Je la remercia de cette incroyable discussion, nous nous fîmes la bise comme deux amis et je repris le chemin de mon appartement tourmenté.

Pendant plusieurs semaine, mon esprit était hanté par les mots de Mélodya, est-ce qu’elle avait raison ? Est-ce que je me mens à moi-même ? Je ne sais pas… Je pense juste être un gros pervers…
Un soir d’insomnie j’alluma ma lumière pour attraper mon string et me palucher pour me vider l’esprit et la bite.
Mon regard tomba directement sur le petit bout de papier de Mélodya et  si elle avait raison ?.

J’attrapa frénétiquement mon téléphone, téléchargea l’application « Sissy Factory ».
Bon allez plus qu’à créer un profil alors.
Voilà tout est fait, plus qu’à enregistrer le numéro de ma tutrice.
Fait.

Malgré l’heure tardive je reçu immédiatement un message de ma chère tutrice, ses mots était aussi délicats qu’elle : « je savais que tu allais sauter le pas, je suis fière de toi et je vais tout faire pour que tu sois une sissy épanouie ! Première étape : choisis ton prénom de Sissy ».

Un champ à remplir apparut dans notre conversation et je devais me trouver un prénom.
Je remplis sans réfléchir le champ avec le prénom « Rose ».

Mélodya répondit : « Délicate comme la fleur, mais qui sait piquer, tu aimes te vêtir de cette couleur. Excellent choix ! Bienvenue dans mon monde Rose, je me ferais un plaisir de t’aider. Mais attention si tu ne remplis pas une étape nos échanges se stoppent automatiquement alors sois assidue s’il te plait, je veux te rendre heureuse et te faire éclore ma petite Rose. A demain pour la première étape, reposes toi bien. »

C’est bon, je crois que je suis engagé maintenant… Qu’est-ce que l’avenir va bien pouvoir me réserver ?

Le lendemain matin, je fus réveillé par mon téléphone qui sonna pour m’avertir que j’avais un message en attente, j’ouvrit les yeux et vu l’heure « 8 :00 ».
Purée, je n’ai pas dormi ! Qu’est-ce qu’on me veut ?

« Hello et bienvenue sur Sissy Factory ! Je crois qu’il est l’heure de débuter ton entraînement Rose. Première étape : prépare ton corps et débarrasse-moi de ces vilains poils masculins. Tu as jusqu’à demain 8 :00 ! »

Mince, c’était pas un rêve, je me suis vraiment inscrit sur ce site !
Bon je sais ce qu’il me reste à faire alors…

Je m’habillais en deux temps trois mouvements pour aller à la supérette à côté de chez moi, je pris un paquet de rasoirs jetables, de la mousse à raser et surtout de la crème apaisante car connaissant ma peau fragile je savais que j’allais douiller.
Rentré chez moi, je posa mon nécessaire à féminisation dans la salle de bain et me mit à poil.

Je passa une dernière fois dans ma légère barbe que j’aime tant et tailla ces poils à l’aide de ma tondeuse.
Par la suite, je passa un coup de rasoir sur mon visage pour avoir la peau aussi lisse qu’une femme.
Parfait, maintenant au reste du corps ! Même sanction je dégrossis à l’aide de ma tondeuse, pour ensuite raser une à une mes zones poilues.
Les couilles lisses, le cul aussi lisse qu’une chatte, les aisselles impeccables et les jambes douces comme de la peau de bébé.

Nickel, tout est bon ! Un petit coup de crème pour adoucir ma peau et je me saisi de mon téléphone pour valider l’étape 1. Ça va en fait, c’est facile !
Une petite photo de moi à poil dans le miroir, une photo de mon cul et de mes couilles lisses et hop envoyé.
Quelques minutes plus tard je reçu un message de Mélodya :

« Félicitations Rose ! Tu es bien mieux ainsi ! Je vois que tu as été rapide pour la première étape, je suis fière de toi, tu as l’air très obéissante. A très vite pour l’étape 2 que tu devrais recevoir d’ici peu ».

Effectivement après la notification « Étape 1 validée par votre tutrice » je reçu une nouvelle notification « Étape 2 ».

« Coucou Rose ! Félicitations tu viens d’arriver à l’étape 2 de ta sissification !
C’est bien beau d’avoir épilé ton corps comme une femme l’aurait fait, mais tu ne pense pas que tu serais encore mieux avec des vêtements ? Tu as 24h00 pour t’acheter :

  • Une robe
  • Des chaussures
  • Du maquillage
  • De la lingerie sexy
  • Une perruque

Bon courage ma chérie. »

Merde j’ai que 24h00 pour faire tout ça ? Ça veut dire pas d’achats sur internet… Merde je vais devoir aller faire les boutiques pour m’acheter tout ça…

Je me dis que plus tôt cette étape passée, plus tôt je pourrais rentrer pour cacher mon butin.
Je m’essuya donc, remis mes vêtements que j’avais enlevé pour me raser et parti directement en ville. J’étais hyper stressé.

Allez premier article que je veux trouver, la robe.
Je pris une boutique qui faisait des vêtements pour hommes et pour femmes, je fis le tour de rayon hommes sans succès.
Maintenant le rayon femmes, je tomba instantanément amoureux d’une robe très courte et très moulante rose bonbon comme l’évoqua Mélodya.
Pour lui faire un gentil clin d’œil je pris cette robe qui me plaisait terriblement. Yes, il y a ma taille en plus !

C’est vrai que j’ai la chance d’être très fin.

Je continua le tour du rayon et finalement je me pris au jeu. Je trouva une jupe en cuir, un jean slim, un lot de 3 tops, une magnifique manteau en fausse fourrure et une magnifique robe blanche, on aurait dit une robe de mariée !.

Mince, je prends réellement du plaisir à faire les boutiques pour moi en fait !

Une vendeuse s’approcha de moi et me fit : « Je peux vous renseigner monsieur ? ».
Ma gorge se serra et je devins rouge écarlate, gêné je répondis en bafouillant « Euh.. Non.. Merci je cherche pour ma copine… ».

La vendeuse me fit un clin d’œil et me répondit « J’ai une paire de chaussure qui irait extrêmement bien avec cette jolie robe rose, suivez-moi je suis sûre d’avoir votre pointure ».

Qu’est-ce qu’elle vient de dire ?! Merde, elle a grillé que je n’étais qu’un vulgaire travelo !
J’avais terriblement honte avec toutes mes affaires dans les mains, mais cette vendeuse était tellement gentille que je la suivis.
Elle me présenta une paire de chaussures à talons immenses, pleines de paillettes argentées, elles étaient magnifiques !
La vendeuse me fit « 41 c’est ça ? C’est bon j’ai ! Suivez-moi il n’y a personne en cabine, je vais faire la guée pour voir que personne ne débarque pendant que vous les essayez.
Sa gentillesse et sa compréhension me mirent les larmes aux yeux, je m’exécuta et essaya ces chaussures.

Woaw j’étais terriblement bien dans ces chaussures et elles me vont si bien !
La petite tête de la vendeuse passa la porte et s’exclama : « Elles sont faites pour vous, elles vous vont trop bien ! Je suis jalouse, ça vous fait des jambes délicieuses ! ».

C’est bon j’avais jeté mon dévolu sur ces talons, les gentils mots de la vendeuse me confirmèrent mon choix.
Je pris les chaussures sous ma main et me dirigea vers le rayon lingerie.
Il y avait une offre sur les ensembles sexy, parfait je vais en profiter !

Je pris une nuisette noire, une paire de bas, des portes jarretelles, un lot de string roses, une culotte avec écrit « eat me » et trois soutifs roses également.
C’est bon je crois que j’ai tout ici !

Je me dirigea vers la caisse et vis une caissière inconnue qui me jugeait du regard, j’avais de nouveau honte.
La gentille petite vendeuse cria « Laisse, je m’en occupe ! » et marcha à toute hâte vers la caisse.
Piouf, rassuré, un visage familier !
Comme pour m’apaiser et pour me créer un alibi, avec un mauvais talent d’actrice, elle me fit en passant tous mes articles « et ben dis donc si mon mec pouvait être aussi généreux, je serais aux anges »

Ces mots me rassurèrent car je voyais qu’elle me couvrait pour me débarrasser de ma honte et pour éliminer les soupçons de sa collègue.
Je régla et lui manifesta ma gratitude d’un simple « merci pour tout » et d’un clin d’œil amical.
Je sortis de magasin et entendit ses talons cliqueter derrière moi.
« Attendez ! Attendez ! »

Je me retourna vers elle, très gêné de devoir parler seul à seul de mon penchant.
« Je suis en pause là et je me suis dit que je pouvais vous servir d’alibi pour vos derniers achats, qu’est-ce que vous en dites ? »
J’acquiesça avec un immense sourire de soulagement et me pris la main toute enjôlée et me répondit.

« On va faire de toi la plus jolie de mes copines alors ! »

Qui a mis cet ange sur mon chemin ?!

Nous nous dirigeâmes vers une boutique de maquillage, elle prit les devants et faisait mine de choisir du maquillage pour elle mais choisissait tout ce qui me fallait.
« Tu vois ce rouge à lèvres ira magnifiquement bien avec ta robe et ton teint très clair. Et puis n’oublies pas ce fond de teint, prends donc ce mascara…etc »

Je lui tendis ma carte bleue et elle régla mes achats pour me couvrir.
J’avais plus que le nécessaire à maquillage, j’avais de quoi survivre 6 ans avec tout ce qu’elle m’avait choisi ! Mais ses goûts étaient exactement les miens.
Elle m’entraîna à nouveau dans la galerie marchande et me dit :

« Viens il y a une super boutique de déguisements ! Ils font des perruques en vrais cheveux, certes elles ne sont pas données mais elles font plus vraies que nature ! En revanche j’ai trop envie de choisir ta perruque, je peux ?! »

Je lui fis un nouveau sourire émerveillé devant cette petite femme énergique et aussi excitée que moi à l’idée de me travestir, nous sommes donc rentrés dans cette boutique.

Elle courut à une longue perruque rousse presque rouge, elle était très belle.
« Non mais sérieux, avec ton teint de poupée et tes petites fesses et ta petite robe, tu vas être à croquer avec cette perruque ! Prends celle-ci ! »
Nous étions d’accord du choix, je l’adorais aussi !

Elle courut en caisse sans même prendre ma carte et me fit : « par contre, je te l’offre, c’est mon cadeau pour m’avoir fait confiance »

Mais quel amour cette petite femme, je remercie le ciel de me l’avoir mise sur ma route. « Je suis désolée je dois reprendre, sache que j’ai passée un super moment avec toi ! Merci de m’avoir fait confiance et surtout prends mon numéro si jamais un jour tu as à nouveau besoin d’un alibi je serais là pour t’aider avec grand plaisir. »

Elle me fit un énorme baiser sur la joue et s’envola jusqu’à sa boutique.

Elle s’appelait Alice, elle était adorable et elle venait de sauver ma journée !
Je rentra donc chez moi les bras lourds de shopping et étala mon butin sur le lit afin de prendre une photo et valider cette épuisante étape.

La photo à peine envoyée je reçu la notification « Étape 2 validée par votre tutrice, nous vous laissons 24h00 de répit ».

Je reçu ensuite un message de ma tutrice préférée : « Hey ! Bien joué Rose pour ta rapidité, je vois que tu es motivée ! Supers achats en plus, je vois que tu as écouté mes conseils et choisi la robe rose ! Je te laisse 24h00 de répit du coup pour te remettre de tes émotions et te préparer pour la suite, tu vas avoir besoin de courage ! Bisous.
Mélodya ».

J’étais épuisé et excité par les événements de la journée, j’avais besoin de me vider.
Frénétiquement je mis mes nouvelles lingeries, ma nouvelle robe, mes chaussures à talons et ma perruque.
Alice avait raison : je suis parfait ainsi.
Je me fis bander comme les petits travelos de mes pornos me faisait bander.
J’alla donc me branler dans cette incroyable tenue et vécu ma séance de masturbation la plus intense de ma vie.

 

Navigue dans cette catégorie

1 Commentaire

  1. Les shemales, c’est la vie

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This