Depuis quatre ans environ je bosses dans une entreprise de BTP.
On est seize gars, avec chacun sa spécialité dans un domaine du bâtiment.
Il y a une super ambiance dans cette boîte, avec un patron génial. Super généreux, toujours en train de nous rincer pour un oui ou pour un non.
Mais son truc, ce sont les soirées de Noël. C’est le moment où il fait péter la carte bleue, pour nous remercier d’avoir taffé comme des malades toute l’année.

J’ai la trentaine bien tapée, grand, très mince malgré mon boulot physique, toujours rasé de près et les cheveux très courts.
Le physique quelconque, mais ma vie est plutôt atypique.
J’habite seul dans une petite maison de campagne, et pour moi le soir est mon moment préféré de la journée.
Sitôt rentré chez moi, j’enlève ma tenue de boulot pour me vêtir d’une façon particulière ; je me travesti.
Mon armoire est remplie de robes, les tiroirs sont plein de lingeries sexy et mes talons remplissent le bas de mon dressing.
Le soir le quelconque Guillaume du BTP devient « Ashley la salope ».

Malgré mon vice nocturne, j’ai quelque fois des rencards avec des demoiselles mais jamais rien de bien sérieux.
C’est étrange parce que j’adore faire la cochonne devant ma webcam, avec des mecs qui se branlent en me regardant me fourrer des godes, mais jamais je n’ai franchi le pas de le faire en vrai avec un mec.

La peur ? La honte ? Je ne sais pas trop.

Parfois dans des jours de folie j’aime bien aller bosser avec un plug anal ou une culotte sexy, mais j’ai toujours la trouille d’être démasquée par un collègue.

Cette année-là, on avait charbonné comme des malades au travail, le patron nous avait dit « les gars vous avez été géniaux, cette année pour Noël on se fait un gros truc ! Et faites des folies je veux voir des tenues classes ou vos meilleurs pulls de Noël. Par contre c’est sans les femmes, je veux qu’on soit entre couilles ! »

Il ne croyait pas si bien dire, j’avais envie de faire des folies.
Et si pour « plaisanter » je me déguisais en mère Noël sexy ?
Ça serait la meilleure occasion pour moi d’amener Ashley au travail, tout en prenant au pied de la lettre les recommandations de mon chef.
Allez il a raison, faisons une folie !

J’avais prévu ma tenue depuis longtemps ; la traditionnelle robe en corsage rouge avec les liserés blanc en fourrure mais au ras du cul, des bas résilles, des hautes bottes en fourrure avec un talon de 10cm, le fameux petit bonnet de Noël, ma plus belle perruque rousse et surtout ma lingerie la plus sexy en dessous.
Ashley était dans la place !

Plus je m’approchais de l’entrepôt, plus j’avais une boule au ventre en me disant que je faisais une immense connerie.
Oh et puis merde, c’est qu’une soirée déguisée personne ne grillera que je kiffe être une salope.
Allez dernier coup de rouge à lèvres en me regardant dans le rétroviseur, c’est bon je suis parfaite.
J’entre dans la salle, les mecs sont tous en train de parler une bière à la main.
« Salut les mecs ! »
Je vis une dizaine de tête se tourner en ma direction, la mâchoire décrochée de stupéfaction devant une créature aussi sexy et surtout des yeux interrogateurs face à cette délicieuse inconnue.
« On peut vous aider mam’zelle » me fit mon boss.
« C’est moi, vous ne me reconnaissez pas ? C’est Guillaume… »
« Vous voyez les gars, je vous avais toujours dit qu’il était pédé » brailla Sergio.
Pourquoi il dit ça ? Enfin c’est n’importe quoi je ne suis pas ce qu’il dit…
« Et oui ma mignonne, je t’ai déjà vu le string dépassant de ton pantalon ! Et bizarrement ça m’as fait bander ! ».
Tous les mecs se mirent à rire, j’étais rouge de honte mais excitée de savoir que je l’avais fait bander.

« Bon alors on lui sert quoi à la petite tata Noël ? » me fit mon patron
Le premier verre fut une bière, puis les prochains suivirent rapidement.
Plus les verres s’enchaînaient plus je me sentais chaude et plus les allusions perverses de mes collègues m’excitaient.

Au bout de quelque verres, Sergio s’approchât de moi et me posa sa main sur le cul et me fit à l’oreille « depuis que j’ai vu ce string dépassé j’arrête pas de me branler en passant à ton cul. Suis-moi ».
Je le suivi jusqu’aux toilettes du bureau, je savais que ce gaillard avait des idées en tête, mais quoi donc ?
« Allez ma coquine, tu peux m’offrir mon cadeau de Noël ? J’ai été sage cette année… »
Il sorti son énorme bite, sans savoir pourquoi et totalement machinalement, je m’accroupi et me saisis de son braquemart.

Sa bite était épaisse, très longue et très poilue.
En m’approchant d’elle je compris que s’il devait me la foutre dans le cul j’avais un intérêt a bien l’humidifier.
J’ouvris la bouche prête à faire mon devoir et il me saisit la nuque, comme pour lui faire gagner du temps.

Woaw, elle est vraiment longue j’ai l’impression qu’elle va jusqu’au fond de ma gorge !
« Putain t’es vraiment douée petite tata ! Vas-y suce moi bien cochonne »
Ma première queue en bouche, et pas des moindres, j’étais fière.
J’avais envie de le satisfaire à fond, j’accéléra la cadence pour bien le pomper à fond. Je le voyais prendre son pied et kiffer le moment. J’étais vraiment chaude, j’adore la queue en fait, pourquoi je n’avais pas sauté le pas plus tôt ?

Je bavais autour de cette immense queue, il me saisit fermement la nuque pour bien faire entrer son engin au fond de ma gorge et il me lâcha un impressionnant jet de sperme dans l’œsophage.
Il se retira d’un coup ce qui me fit régurgiter une partie de son foutre tandis que le reste termina dans mon estomac.
« Et ben ça ! T’es une sacrée pute toi ! »

Sur ces mots, la porte s’ouvrît et choqué un autre collègue s’étonna :
« Putain Sergio ? Qu’est-ce que tu fous ? »
« Franchement laisse toi tenter, il sait sucer le Guillaume ! »
Je clarifia la situation.

« Ce soir je suis Ashley et je suis votre cadeau de Noel ».
Sergio se refroqua et sorti, tandis que mon autre collègue me signifia
« Bon Ashley, c’est pas que ta bouche me fait envie mais je t’avoue que je suis gêné face à toi ! Mets-toi à quatre pattes je vais plutôt te bourrer le cul au moins je ne verrais que ta croupe de chienne »

Image des produits de la boutique de tshirt sissy cocu

Comme une petite docile, je m’exécuta et me mis en position.
Il me lécha mon trou afin de faciliter l’accès à mon cul.

Mmmh il lèchait si bien, on aurait cru qu’il me faisait qu’il me faisait l’amour avec sa langue, ce petit coquin !
« Je crois que t’es prête, allez prends ça petite catin »
Dans un élan de fougue ? il entra en force dans mon cul… Ooooouf il est moins délicat avec sa bite le salaud !
Plus il me pilonnait plus je sentais mon cul s’élargir, et plus mon cul s’élargissait plus ma queue grossissait.
Putain c’était bon !

« Par contre je te préviens pas de gâchis, je lâche tout dans ton cul »
J’adore, j’ai l’estomac encore plein de jus et maintenant mon cul va en recevoir !
Il était tellement excité qu’il lâcha tout son jus en moi en très peu de temps, mais la sensation de sperme en moi était tellement bonne.

Il sera retira, essuya la dernière goutte de sperme sur le rebord de mon cul et reparti.
Je n’eus pas le temps de me relever que deux collègues arrivèrent ?

« C’est ici le cadeau de Noel alors ? »
Et sur ces mots je reçu une bite en bouche et l’autre dans ma chatte.
Je n’avais jamais baisé avec des mecs mais je crois que ce soir je rattrape mon retard !

Les deux gaillards se défoulèrent dans mes orifices.
Le cul dégoulinant du sperme précédant, ça glissait tout seul. Tandis que je bavais comme une dégueulasse sur la bite du compère.
Les deux garçons vidèrent eux aussi leur bite, je n’allais pas pouvoir récolter le sperme de tout le monde, j’avais déjà l’estomac et le cul plein !

Vint le moment où les deux mecs se rhabillèrent, c’est bon je peux me rhabiller aussi et aller boire un coup je suis déjà épuisée…
Je me leva et une main lourde me plaqua contre le mur.
« Hop hop hop ma jolie, je suis le prochain ! »

Oh non pitié j’en peux plus… Bon allez ok c’est trop bon je dois faire un petit effort !
Celui-ci n’étais pas délicat, il avait juste envie de tirer son coup express et bien me casser mes petites pattes.
Parfait je commence à y prendre goût !
Lui aussi me juta directement au fond du coup, mais j’étais tellement pleine que ça sortait tout seul…

Fatiguée de cette baise debout, je m’écroula à genou, la bouche grande ouverte pour reprendre mon souffle…
Mais une autre bite me surpris et entra dans ma bouche.
D’accord j’ai compris, vous voulez pas me laisser de répit ? Je suis votre vide couilles de Noël ? J’accepte.
Je le suça si vigoureusement qu’en quelques va-et-vient lui aussi se vida dans mon estomac.
J’espère qu’il n’y a pas de buffet après parce que je n’ai plus faim…

Et c’est ainsi que les gars me baiserent à tours de rôle, il faisait même la queue devant la porte des chiottes pour eux aussi avoir la chance de se vider dans la petite travelotte.

Le dernier garçon arriva, lui aussi fit sa petite affaire.
Mon cul ruisselait de sperme, il coulait sans discontinuer.
Que dire de ma bouche ? Je n’avais plus de salive, je n’avais plus que de la semence.
Avant de partir il me dit « allez viens, on t’attends dans le hall, nous aussi on a une surprise »

Je me leva, mon cul était si douloureux, je boita jusqu’au hall pour voir ma surprise.
Et quelle surprise ! 16 mecs en train de se branler et mon patron déguisé en père Noël me cria au loin : « Joyeux Noël, ma tata ! »

Je tomba à genoux la bouche grande ouverte pour accueillir les toutes dernières gouttes de jus de mes garçons.
Seize queues s’approchèrent et m’encerclèrent, et se vidèrent sur mon visage de traînée.
J’avais ainsi le cul rempli, l’estomac plein et mon visage tartiné.
Ashley est comblée.

Mon patron s’approcha de moi :
« Et ben quelle soirée…! Et quelle surprise ! Guillaume vous êtes viré ! »
Choquée je me mît à pleurer, ce qui ne fit pas couler mon maquillage tant mon visage était couvert de semence… Il reprit :
« Mais par contre Ashley commence lundi nous avons besoin d’une femme de ménage, secrétaire et plus si affinité »

Les larmes de tristesse se transformèrent en larmes de joie.

Ashley allait pouvoir vivre sa passion au quotidien, s’occuper des garçons.

Le cul encore ruisselant de jus et l’estomac plein, je rentra chez moi.

Je ne pris pas la peine de me changer et de me nettoyer tellement j’étais épuisée.
Mais je m’endormis avec une pensée « Quel sacré Noël »

2 Commentaires

  1. superbe histoire ! merci pour ce recit Alicia !

    Réponse
  2. Mais quelle petite salope cette Ashley ^^

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This