Les histoires de Sissy » Sissy ActriX

Sissy ActriX

La proposition

Et si je vous racontais, ma toute dernière expérience et qui est peut-être le début d’une grande aventure professionnelle ?

Ces dernières années, on peut dire que j’ai eu pas mal des plans cul, j’ai pu ainsi réaliser des tonnes de fantasmes que j’avais mis de côté pendant des années.

Jusqu’à 33 ans, me féminiser avait toujours été une envie refreinée à cause de ma situation familiale. A l’époque, j’étais mariée, j’étais déjà attirée par la lingerie, mais je laissais ma femme la porter et je fantasmais m’imaginant dedans.

Puis, une fois divorcée, j’ai estimé qu’il était de libérer mes pulsions et d’assouvir mes et c’est ce que j’ai fait !

Au cours de ces 3 dernières années, j’ai fait beaucoup de rencontres et d’expériences, j’ai eu de nombreux sexfriends, autant dire que je me suis bien amusée, ce que je fais toujours d’ailleurs !

Mais c’est surtout la dernière que je vais vous raconter. En plus, cela s’est passé samedi dernier et donc, je m’en souviens encore parfaitement.

Vendredi, il y a 3 semaines, j’étais sortie en boîte libertine avec quelques copines et comme je voulais me faire le barman qui me faisait rêver depuis quelque temps, j’avais sorti le grand jeu. J’avais fait tout ce que je pouvais pour lui donner envie de m’offrir sa grosse paille à sucer ! Mes talons les plus hauts, ma jupe la plus courte, bref, tout ce qu’il y a de plus osé dans mon placard féminin.

Mais, dommage, mon barman sexy n’était pas là !

Je n’allais pas gâcher ma soirée pour si peu, après tout, des mecs qui me reluquaient avec la bave aux lèvres, il y en avait beaucoup, je n’avais qu’à choisir avec qui finir la soirée au coin câlins !

Alors que je dansais, un homme est venu m’aborder, plutôt gros, moche, de grosses lunettes sorties des années 80, le genre de mec que tu ne veux pas avoir sur ton tableau de chasse !

Dans son costume plutôt classe, contrairement à la tête du personnage, il m’aborda :

« Bonsoir Mademoiselle, je vous observe depuis un moment, me dit-il,

– Et alors ça bande dur ? j’éclatais de rire en lui répondant.

– Je ne suis pas là pour ça, mademoiselle, je travaille dans la production de films pour adultes, et jolie comme vous êtes, si cela vous intéresse de tenter cette expérience, je serais heureux que ce soit sous ma direction.

– Ha, donc vous faites des films de cul et vous voulez que je baise devant votre cam ?

– Si vous le voyez comme cela, oui, tout à fait mais, c’est rémunéré et les acteurs avec qui vous pourriez travailler sont de beaux acteurs avec plus que ce qu’il faut, là il faut !

Je n’avais pas envie de discuter de cela à ce moment, bien que l’idée ne fût pas pour me déplaire.

« Et bien, laissez-moi votre carte et je vous ferai signe,

– Je sais que lorsque je laisse ma carte, personne n’ose me rappeler, alors si vous le voulez bien, laissez-moi votre adresse mail et je vous enverrai une proposition plus détaillée rapidement, me répondit-il.

Cela n’engageait pas à grand-chose et par curiosité, j’avais envie de savoir ce qu’était une proposition détaille, je lui laissais donc mon mail.

La soirée continua et se termina avec un certain François, dans le coin câlin. Une bonne partie de jambes à l’air qui clôtura cette soirée, mais pendant que François me montrait qu’il était un mâle avec sa queue dans mon derrière, je repensais à la proposition qu’on venait de me faire.

Lorsque je consultais mes mails, le lendemain matin, je pu voir un message de « production@Adult transporn », j’avais déjà la proposition.

Le contenu du mail me rappelait que ce message faisait suite à notre discussion au club et il présentait l’entreprise, mais surtout ce qu’il me proposait.

« Je recherche une actrice entre 30 et 35 ans, pour tourner dans des productions de films pour adultes avec des transgenres et travesties. De préférence, une travestie souhaitant tourner régulièrement. Tous les tournages sont rémunérés et nous portons une grande importance à l’hygiène et aux bien-être de nos équipes.

Si cela vous intéresse, nous pouvons vous proposer un casting, rémunéré à 500 €, le samedi 3 juin de 17 h à 19 h. Si vous acceptez, merci de vous munir d’un test de dépistage, de sous-vêtements en bon état. Le nécessaire de maquillage sera fourni sur place. Merci de répondre avant la fin de semaine si vous acceptez de participer à cette aventure. »

Déjà un super bon point, il cherchait une actrice de 30 à 35 ans, alors que j’ai un peu plus, c’est plutôt flatteur.

Mais malheureusement le destin avait tranché, je devais passer la soirée chez mes amis Anne et Éric, ce fameux 3 juin, alors je ne pouvais pas faire ce casting.

Comme mon téléphone sonnait, je fermais le clapet de mon ordinateur et je passais à autre chose.

Quelques jours plus tard, Anne me téléphona pour m’annoncer que notre soirée chez eux devait être reportée, car de la famille avait besoin d’un hébergement entre deux correspondances d’avion.

Finalement, le destin avait changé d’avis et heureusement que je n’avais pas encore envoyé un mail de refus au producteur. A peine, l’appel avec Anne était terminé que je recherchais le mail du producteur pour confirmer ma présence, maintenant, je devais attendre presque quelques jours avant de me rendre à l’adresse du tournage.

La veille du tournage, j’avais pris rendez-vous avec mon esthéticienne à domicile pour rendre ma peau aussi lisse que du carrelage, je ne voulais pas me montrer avec des détails disgracieux devant la caméra.

La nuit fut compliquée, impossible de dormir, j’avais aussi hâte que ce que j’avais la frousse, puis plein de questions me tenaient éveillées. Vais-je assurer ? Est-ce que je vais m’amuser ? Est- ce qu’on prend du plaisir ou est-ce qu’il faut tout le temps simuler ? Bref, je voyais autant de points d’interrogation que d’étoiles dans le ciel par le vélux.

Le rendez-vous

C’était le jour J et je me préparais pour aller à ce rendez-vous aussi coquin que professionnel.

Pour l’occasion, j’avais choisi un ensemble string et soutien-gorge noir avec un liseré en dentelle rouge, mes jambes étaient enveloppées par des bas couture ! J’enfilais une robe noire un peu courte mais pas trop, afin de ne pas débarquer dans une tenue un peu trop pouffiasse !

J’ajustais ma perruque brune, j’enfilais des baskets pour conduire et je mis ma paire de talons dans mon sac.

C’était enfin l’heure d’y aller, j’avais le ventre qui se tordait du trac et ma culotte qui se mouillait à trop imaginer les scènes hots auxquelles j’allais contribuer.

J’arrivais dans un quartier calme et je me garais devant le n°26, une jolie petite villa, loin de ressembler à un studio de film porno.

A peine, je venais de sonner qu’une jolie femme à l’air sérieux vint m’ouvrir.

« Bonjour, je suis Faustine, j’ai rendez-vous pour un casting, c’est bien ici ? demandais-je, ha, oui, moi, c’est Faustine !

– Bonjour Faustine et bienvenue, je suis Amandine, je suis la régisseuse. Entre, je vais te présenter à l’équipe et ensuite, je montrerai où te préparer. »

Elle me guida vers le salon double, d’un côté, il y avait un grand lit, du matériel d’éclairage et de vidéos et de l’autre quelques canapés occupés par 4 hommes.

Chacun se présentait, d’abord, celui qui m’avait abordée en club et qui semble être le producteur, un certain Marco ! Quand, il m’annonça son prénom, j’ai failli pouffer de rire, car Marco, vous l’avouerez, ça fait un peu cliché du producteur porno !

Puis, il y avait Hervé, qui s’occupait de la partie technique !

Côté acteur, c’est Christian qui se leva en premier pour me serrer la main. Il devait avoir la quarantaine, bien bâti, plutôt canon dans son débardeur noir moulant. Notez quand même le côté cocasse de la situation, ce Christian allait d’ici peu jouer avec sa bite dans mon corps et pour me dire bonjour, il me serrait la main !

Et pour finir, je rencontrais Gabriel, je dirais la petite trentaine, un côté charmeur et beau gosse.

Le mec parfait aurait été, la tête de Gabriel sur le corps de Christian, mais l’essentiel était que les trouvais sexy tous les deux et que j’avais hâte de savoir avec qui j’allais faire ce casting.

Amandine me demanda de la suivre et m’amena vers une suite parentale avec une salle de bain à disposition. Elle me dit qu’il y avait de quoi se maquiller et de quoi préparer mon derrière. Avant de partir, Amandine me demanda ma carte d’identité ainsi que le résultat de mon dépistage, puis elle ferma la porte et me laissa me faire belle avant le tournage.

Dans la salle de bain, je trouvais une trousse à maquillage, une poire à lavement et du lubrifiant, j’avais compris comment je devais me préparer.

Je pense qu’on peut couper le passage de la préparation de mon derrière, n’est-ce pas ? Donc, je me maquillais légèrement car je ne voulais pas avoir le visage qui brille à la caméra, j’insistais donc surtout sur le rouge à lèvres, mais pour des raisons d’hygiène, j’utilisais le mien !

Je retournais au salon toute prête mais également excitée de la situation.

Allez au boulot, Faustine !

Marco m’expliqua ce que nous allions faire.

« Alors, Faustine, on va faire quelques essais et voir si tu plais à la caméra. Je te propose de te mettre en culotte et soutien-gorge, puis tu te mets à genoux devant Christian et tu nous montres tes talents ! Alors petit conseil, ce n’est pas comme baiser tranquillement chez soi, là on tourne un film, donc exagère tes regards et mimiques pour faire plus cochonne et simule constamment, les hommes adorent les films avec des femmes bruyantes. Si c’est ok pour toi, Hervé, tu peux lancer la caméra, Faustine première !

Je me retrouvais à genoux face à Christian qui me caressait doucement les cheveux.  Après tout, j’étais là pour m’amuser et faire l’actrice, je décidai donc de rentrer dans le personnage.

Je levais la tête pour regarder Christian dans les yeux, alors que je me passais la langue sur les lèvres. Puis, je glissais mes deux mains sur son entrejambe et je commençais à gémir en sentant sa queue sous mes mains ! Et quelle queue, mes amies, un truc comme ça, ce n’est pas pour les petites mijaurées !

J’entendais derrière Amandine qui parlait avec Marco, mais je préférais me concentrer sur l’entrecuisse que j’étais en train de masser ! Je me disais que si chaque film permettait d’être payée pour baiser avec des mecs comme Christian, je voulais bien devenir actrice !

Je commençais à embrasser sa queue à travers le pantalon tout en maintenant mon regard de cochonne dans les yeux de Christian. J’ouvris rapidement sa braguette, je glissais ma langue dedans pour commencer à la lécher et je gémissais pour séduire la production.

« Chéri, tu as une grosse bite, j’ai envie de te la dévorer, tu as envie que je te suce ta bite comme une cochonne ? » dis-je à Christian d’un ton très excité.

– Bien sûr, que oui ! Alors, il baissa son froc et me mis sa queue face au visage, maintenant suce bien ma bite, ma cochonne ».

Je commençais par lui avaler ses belles couilles lisses tout en le branlant à deux mains. Je sentais sa queue durcir encore et encore, pendant que ses caresses dans mes cheveux devenaient plus insistantes.

J’étais fière de moi car faire bander l’acteur, c’était un bon présage. Je libérais ses couilles pour aller gouter et téter son gros gland, alors que je lui léchais le pieu, je me remuais et je continuais à le regarder dans les yeux avec un regard qui disait « hum, j’aime te lécher ta bite, mon chou ».

Je commençais à malaxer ses couilles d’une main, alors que l’autre le branlait, pendant que j’avais son gland en bouche. J’étais très excitée, cette queue était une vraie friandise et faire cela devant un public et une caméra était en train de m’étirer l’élastique du string.

Je pris son engin à deux mains et tout en tendant bien mon visage, avec la langue dehors, je tapotais mes joues et ma bouche avec ! A ces gestes, j’entendis Marco dire « Oui, c’est bien ça, c’est joli ».

J’ai pris cela comme un encouragement, alors je commençais à frotter le sexe de Christian sur mon visage, tout en faisant des « hum oui, c’est bon, elle est chaude ta queue Christian ».

Puis, il était temps que je suce pour de bon et en plus, j’en mourrais d’envie ! Hum quelle queue quel plaisir de la prendre en bouche, de faire coulisser mes lèvres dessus, pendant qu’il commençait à me tenir la tête avec virilité.

Au bout de quelques minutes de pipe bien bruyante, je dis à Christian de s’approcher du lit et je me mis à 4 pattes dessus, la bouche face à sa queue et je lui demanda de montrer comment il baise les bouches de cochonnes.

Il ne se fit pas prier, il m’attrapa la tête et commença à me baiser en profondeur ! J’ai presque failli regretter cette demande, lorsqu’il commença à m’appuyer la tête contre son ventre pour me mettre sa longue bite entière dans la bouche ! J’avais failli m’étouffer un peu, mais j’avais senti que je coulais de mon clitoris, en fait j’adorais ! Puis, il recommença quelques fois et plus, il me la mettait profonde, plus j’aimais ça.

Avec cette pipe torride, je n’avais plus besoin de simuler des petits bruits de plaisirs, je me laissais aller et les miens étaient naturels !

J’entendis le bruit d’une chaise, puis de pas et je sentais que quelqu’un montait sur le lit !

Je sursautais lorsque je sentis une claque sur mes fesses ! J’étais certaine que c’était Gabriel, le beau gosse ! Je n’avais pas envisagé de baiser avec les deux, en fait, je pensais que le casting se ferait avec un seul. Mais franchement, vu mon état d’excitation, je pense que deux mecs n’étaient pas de trop pour me soulager de mes pulsions !

Ce sont d’abord ses mains que j’ai senti sur mes fesses puis son souffle chaud et sa langue qui glissait entre mes fesses ! Hum, le cochon, il me mangeait la minette pendant que je suçais une belle queue, quoi demander de plus !

La langue de Gabriel me léchait ma chatte et tentait de forcer le passage pour rentrer en moi, j’adorais ça ! Alors je remuais des fesses pour lui montrer que j’avais le feu au cul et pour faire plus garce à la caméra.

Gabriel a dû sentir que j’avais besoin qu’on calme le brasier et il positionna son gland contre ma chatte et sans lui laisser une minute, je reculais de moi-même pour prendre sa queue ! Vous imaginez, les copines, j’étais au lit en train de m’éclater avec deux beaux étalons professionnels et en partant, j’allais avoir un petit chèque qui m’a permis d’acheter de nouvelles chaussures !

C’était très excitant, je gémissais fort pendant que l’un me tenait la tête et l’autre, les fesses et moi au milieu je bougeais d’avant en arrière pour branler leur queue en moi.

Allons jusqu’au bout !

Se sentir embrochée par deux mâles tout en entendant Marco qui faisait des compliments, c’était vraiment le paradis !

« C’est bon, c’était super, on peut s’arrêter là si tu veux Faustine, je crois que tu passes bien à la caméra et tu es parfaite dans ton rôle, dit Marco.

– Heu c’est dommage Marco, j’avais bien envie d’aller jusqu’au bout, ces deux pauvres messieurs ne peuvent pas rester avec la queue toute dure, je dois les soulager, non ?

– Alors régale -toi Faustine, ils sont à toi, répondit Marco en riant.

Je recommençais mon manège et Gabriel me dit que c’était si gentil de ma part de les laisser profiter de moi que moi aussi je devais prendre mon pied.

Il passa une main sous mon ventre et commença à me masturber mon clitoris ! Je gémissais, je me trémoussais, je voulais les faire jouir tous les deux !

Je lâchais la queue qui était dans ma bouche et je commençais à la branler sur ma langue en disant des insanités à Christian. « Oui, Christian, je veux ton jus, hum j’ai soif de ta crème », je parlais comme une cochonne sans savoir si on tournait encore. Je faisais cela, car j’en avais envie et que j’étais trop excitée. Je sentais sa queue se raidir, je savais qu’il allait bientôt jouir mais qu’il n’allait pas être le seul, les coups de queue de Gabriel et ce qu’il faisait à mon clitoris étaient en train de me faire monter vers l’orgasme.

Je voyais les veines du sexe de Christian palpiter et puis dans une puissante expulsion, il éjacula sur ma langue, un bon jet généreux et épais, puis, un second sur ma joue et un troisième sur mon menton ! Alors que je prenais sa queue en bouche pour la nettoyer et que j’avalais son jus, je sentais que j’allais jouir !

Hum, recevoir le nectar d’un acteur porno dans la bouche allait me faire jouir, surtout que Gabriel, ne mollissait pas dans ma chatte ! Au contraire, les mains de Gabriel me saisirent bien plus fermement et ces coups de reins étaient plus intenses et plus rapides ! Hum, yes, il allait bientôt venir en moi !  Chaque pénétration faisait remonter mon excitation, encore, encore et encore plus ! Je ressentais des sensations étranges dans mon bas-ventre et dans mon clitoris, j’avais l’impression que j’allais jouir à nouveau ! Oh ce n’était pas qu’une impression, en fait, j’allais avoir un orgasme ! Bien que mon clitoris fût tout mou, je me sentais capable de hurler encore une fois !

Je gémissais à nouveau, alors que j’entendais Christian dire à Marco, « celle-là, elle en veut et elle aime ça, il faut la garder, puis elle se lâche sans soucis devant la caméra. ».

Puis très vite, leur discussion disparue sous les hurlements de Gabriel et les miens ! Oui, il me pilonnait la chatte, Gabriel me plantait sa queue bien profondément et je sentis son éjaculation me remplir la minette ! Hum, c’était si bon que des pulsations traversaient mon clitoris qui se mit à couler pendant que je miaulais comme une chatte à chaque à coup de sa queue qui déchargeait en moi.

On s’écroula sur le lit et pour ma part j’étais aux anges, mon second orgasme avait été incroyable, cette sensation de me sentir couler, ce plaisir plus fort et qui dura plus longtemps, c’était une cascade de sensations et de frissons.

Gabriel se retira, me fit un bisou sur la joue et me remercia d’avoir voulu aller jusqu’au bout.

Marco me félicita pour ma prestation et me dit que si je voulais, je pouvais avoir un rôle dans son prochain film. Il précisa que ce ne se serait pas le rôle principal car il a des travesties plus expérimentées mais que cela serait un bon début pour moi.

Une fois rhabillée, je remerciais tout le monde et je pris le chemin du retour plein d’étoiles dans les yeux et de sensations agréables dans ma chatte.

Maintenant, j’attends un coup de fil ou un mail de Marco, j’ai hâte de recommencer et cette fois de faire un vrai film ! Oh, tiens justement, c’est lui qui m’appelle ! Je vous laisse, il ne faut pas faire attendre le patron !

Navigue dans cette catégorie

1 Commentaire

  1. la chaaaaaaance!
    profite, ma belle. je t’envie!

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This