1. Les histoires de Sissy
  2.  » Recherche Webmaster 3

L’épisode précédent est disponible ici.

C’est Stéphanie qui me réveille, me proposant de venir prendre l’apéritif. J’acquiesce, vais pour m’habiller de mon jean et le chandail blanc, quand elle me tend une boite. Elle me dit que c’est un cadeau de sa part et qu’elle me veut dedans pour le repas. J’ouvre la boite et sors une robe de soirée. Elle est magnifique, d’un bleu océan, un petit décolleté devant mais un grand dans le dos, et finie évasée sur les genoux. Je passe mon ensemble lingerie bleue, avec cette chaleur pas besoin des bas, puis mets la robe avec l’aide de mon amie pour fermer derrière. Je vais devant le miroir et demande à Stéphanie de me coiffer comme elle en a envie. Elle m’ondule les cheveux, ce qui va très bien avec cette robe. Touche finale, les escarpins. Je suis prête, je la regarde, elle hoche la tête puis me donne le bras avant de se diriger vers la terrasse.

On arrive à la terrasse en se tenant le bras. Lucie se tourne et me siffle, je rougis. On s’assoie autour d’une table basse sur des banquettes posées face à face, Lucie en face de Stéphanie et moi.

– J’ai découverts l’écurie, dis-je en regardant Lucie

– Oh bien, que penses-tu de ces étalons ?

– Je les ai trouvés très beaux et dociles, j’ai toujours rêvé de monter un cheval.

– Nous les traitons avec amour et soins, ceux sont de bonnes bêtes, on ira faire un tour le week-end prochain ça te dis ? Me propose-t-elle.

– Oh oui ! J’en serais enchanté.

– Alors soit, je t’apprendrais à monter ! On va s’amuser tu verras.

– J’en ai aucun doute madame, j’ai hâte !

Je regarde Stéphanie et lui demande si elle sera encore là le week-end suivant. Elle me répond qu’elle ne sait pas encore qu’elle verrait dans la semaine. Elle doit alors remarquer mon regard triste de penser à son départ puisqu’elle se serre contre moi.

Durant cette semaine, on a fait l’amour tous les soirs en petite tenue. Jusqu’au jeudi où elle nous annonce son départ, elle rentre chez elle dans l’après-midi. J’ai un gros coup de blues mais qui fut vite remplacé par la découverte de l’équitation.

Comme promis, Lucie m’emmène faire un tour à cheval le samedi après-midi. Je n’étais pas sûre de moi au départ mais j’ai vite pris de l’assurance. Je monte le grand cheval noir tandis que madame a choisi le blanc. Elle est magnifique sur cette bête, elle a comme une aura majestueuse. Elle est la reine de ce lieu. Après notre balade, on prend soins de nos étalons, on les brosse, chouchoute avant de les laisser se reposer tranquillement.

Cette séance m’a fait le plus grand bien, même si je pense toujours à Stéphanie, je me sens mieux. Après le repas du soir je m’enferme dans ma chambre et rejoins mon site habituel pour me faire plaisir. Cela faisait depuis presque l’arrivée de Stéphanie que je n’y ai pas été. Je me connecte, et partage des photos de moi en robe, celle qu’elle m’a offerte, puis d’autres en petite tenue et tous mes nouveaux achats.

 

Très vite, je peux lire plein de commentaires, flatteurs, gentils. Je reste vêtue de mon ensemble à jarretelles noir ainsi que d’un petit plug. Je prends mon temps, traîne sur le site, lis des histoires érotiques, avant de jouir vers 2h du matin. En voyant l’heure, je ne prends même pas la peine de me doucher et je me couche en revêtant ma nuisette.

Je me réveille vers 6h avec une envie pressante. Je me rends aux toilettes, quand, passant devant une porte, j’entends des gémissements. Curieux, je regarde par le trou de serrure mais ne peux rien voir, la clé est sur la porte à l’intérieur. J’écoute quelques minutes puis l’envie devenant urgente je me hâte me soulager. Je passe à nouveau devant la porte mais plus aucuns bruit, je me recouche, la tête pleine d’idées. Je rêve le reste de la nuit de sexe.

Je me lève vers 10h, toute poisseuse, j’ai beaucoup transpiré durant ma nuit…

Après le déjeuner, je vais dans ma chambre et commence à me caresser et me doigter. J’attrape un gode et commence à me remplir avec douceur. Après quelques vas et viens, je repense à Marcus et le plaisir qu’il m’a procuré avec sa vraie queue. Je décide d’aller le chercher. Je m’essuie, enfile un string et passe mon jogging du dimanche avec un t-shirt par-dessus mon sou-tif.

Je le trouve dans le salon en train de faire une pause devant la télé.

– Excuse-moi Marcus, dis-je pour attirer son attention

– Oh ! Tu m’as surpris, je ne t’ai pas entendu arriver.

– Désolé je ne voulais pas,

– Ne t’inquiète pas, tu as besoin de quelque chose ?

– Eu… Oui, j’ai besoin de ton aide, il y a quelque chose que je ne peux pas faire toute seule.

– Bien sûr pas de problème, je te suis.

– Merci, dis-je en le menant vers le lieu de mes désirs.

 

Je le mène jusqu’à la porte n°35, je rentre en lui demandant d’attendre 5 minutes avant de rentrer. Je me hâte de passer la tenue de soubrette et lui demande de rentrer. Pas besoin de mot, il a saisi l’aide qu’il doit me fournir. Il ferme la porte et je lui demande de prendre les directives, de faire ce qu’il veut de moi.

Il a les yeux qui brillent, il se déshabille, sa queue est au repos mais de grande taille quand même. Il me demande de la prendre en bouche, ce que je fais en me mettant à genoux devant lui. Je la sens grandir et durcir entre mes lèvres. Elle me remplit la bouche une fois tendue au max et je ne peux en prendre que la moitié. Je continue ma pipe durant de longues minutes, tentant quelques gorges profondes, mais ce n’est pas évident avec ce calibre.

Il stoppe cet acte, m’attrape et me jette sur le lit, tel une poupée. Il me relève le cul, je laisse mes épaules contre le lit, j’adore vraiment cette position. Je sens sa langue caresser ma rondelle et fouiller un peu plus loin. Je gémis c’est trop bon. Sa bouche quitte mon cul qu’il remplace vite par son gros gland foncé. Il ne rentre pas tout de suite, il fait durer le plaisir en frottant son mandrin dans ma raie. Je veux qu’il me pénètre jusqu’au fond, il m’agace et il le voit. Il rentre enfin son gland, avant de le retirer aussi tôt. Il joue comme cela un moment, qui me semble durer une éternité. Quand il se décide à me pénétrer entièrement, je pousse un long râle de plaisir. Ses grosses boules se posent contre les miennes, ce qui me certifie qu’il est rentré jusqu’au bout.

 

Il entame de longs et lents vas et viens pendant cinq bonnes minutes avant d’accélérer le rythme. Il y va tellement fort que ses cuisses claquent fort contre mes fesses. Elles doivent être toutes rouges et je me dis qu’on doit nous entendre jusqu’au salon. Il se retire et se couche dos sur le lit, je viens alors m’empaler sur son membre et commence à bouger à mon rythme avant qu’il ne m’attrape les fesses de ses grosses mains et m’impose le sien. Je suis son jouet et cela me plaît.

On change encore de position, à mon tour d’être couché sur le dos, les fesses au bord du lit avec Marcus m’enculant bruyamment. Je prends un plaisir fou à me faire baiser comme cela, et je ne manque pas de le montrer, autant avec mes expressions faciales que mes gémissements.

Marcus ralenti, je sens qu’il va venir. Il se retire, me fait glisser hors du lit, je me retrouve à nouveau à genoux devant lui. J’attrape sa queue, la branle en léchant son gland attendant ma récompense qui ne tarde pas à venir. Il jouit fort et en grande quantité, j’en ai partout sur le visage. Je nettoie sa queue des dernières goûtes de sperme avant de récupérer celui sur mon visage pour l’amener à ma bouche tout en le regardant dans les yeux.

Je le remercie, il me remercie aussi puis s’en va. Je reste là quelques minutes le temps de récupérer un peu et pour me changer avant de retourner à ma chambre.

 

Le réveil me sort du profond et doux sommeil dans lequel je revivais mon aventure avec Marcus. Je me lève et voit une tache sur ma nuisette au niveau de mon entre jambe. J’ai dû rêver plus fort que ce que je pensais. Je me lave et part prendre mon petit déjeuné avant de commencer une journée de travail.

Je me suis vêtue de mon unique jean par-dessus une culotte basique et du chandail que m’a offert Stéphanie. La journée commence et je vois un mail de Madame, me demandant de commencer à m’occuper de l’autre site. Je m’y attèle, trouve et corrige facilement tous les bugs que j’ai pu remarquer en naviguant dessus.

Pendant la matinée je passe beaucoup de temps sur le site de vêtements, je souhaite agrandir ma garde-robe, je ne peux pas rester avec un seul jean et une seule robe. Je ne pense pas acheter sur le site de madame, car tout est assez cher, c’est de la qualité, je ne fais donc que trouver des idées.

Après le repas de midi, je fais une petite sieste avant de retourner au bureau. Je jongle sur les deux sites. Puis l’ennuie vint assez vite. Je n’ai plus rien à faire pour le moment, je me connecte sur le site érotique et voit une nouvelle. Madame a posté un nouvel événement.

« REPRISE DES SOIREES au manoir de Madame Lucie, grande soirée pour cette reprise après ce long arrêt. Venez nombreux, surprise pour les plus vaillants. »

La date est prévue au week-end prochain. Je me demande quelle sera cette surprise. Lucie entre dans la pièce et me donne un nouveau cahier des charges avec un grand sourire. Elle veut que je crée un chat sur son site pour que les clients puissent parler en direct. Trois choix me sont demandés, un chat de groupe, un général pour tous les inscrits et un privé pour parler seul à seul.

Je me mets au travail avec conviction, cette demande est un défi pour moi car je ne sais pas encore faire ce genre de choses. Je vais sur le net et trouve plein de choses. Le plus facile serait de payer pour un chat tout fait et stable, mais je ne pense pas que madame voudrait cela. Je vais donc en faire un de toute pièces avec mes connaissances en informatique.

 

Je suis tellement pris par mes recherches que je ne fais pas attention à l’heure sui passe. Quand Marcus m’interrompt il est 20 h, ils m’attendent pour le repas. Je m’excuse et le suis vers la salle à manger. On rejoint Lucie, et je m’excuse, n’ayant pas vu le temps passer. Le repas passe vite, madame souhaite me donner une nouvelle chambre, plus grande et plus confortable. Je ne sais quoi dire, et la suis dans ma nouvelle chambre. En arrivant je remarque que toutes mes affaires ont été déplacées ici, ce qui me fait comprendre que je n’ai pas le choix. Cela ne me dérange pas, la vue donne sur le grand parc, on peut voir un bout de l’écurie, le lac au loin. La pièce est décorée parfaitement à mon goût. Elle est au moins deux fois plus grande que l’autre et a une salle d’eau personnelle. La penderie à l’air immense, et ce que je découvre en l’ouvrant me rend bouche bée.

Elle l’est, immense et pleine de robes, pantalons, hauts, etc. Lucie me dit que tout cela est maintenant à moi. Je la regarde, regarde les vêtements plusieurs fois, puis me dirige vers les robes pour les regarder de plus près. J’en reconnais quelques-unes, des modèles du site qui m’ont bien plu. Je m’enfonce plus loin dans cet antre de tissus puis tombe sur la lingerie. Je ne trouve que de la lingerie fine, dentelle, tissus de qualité. Certains ensembles sont disponibles sur le site, et je me rappelle les prix. Tous ces ensembles valent si cher, que je n’ai toujours fait que baver devant mon écran. Je sors, regarde Lucie incrédule et lui demande :

– Pourquoi ?

– C’est une récompense pour ton avancement et une motivation pour la suite.

– Merci beaucoup ! Je vous dois beaucoup.

– Je ne te demande rien en retour, j’ai toujours voulu avoir une fille, et pouvoir la gâter, je veux que tu puisses vivre comme tu le souhaites et heureuse.

Je la regarde les larmes aux yeux et m’approche d’elle pour l’enlacer, elle me rend cette affection en me serrant elle aussi entre ses bras. Je sens qu’elle est tout aussi heureuse que moi. Elle me laisse, et je retourne dans la penderie pour tout regarder. Je sens que la nuit va être longue pour moi.

Je commence par regarder la lingerie, choisir ce que je vais mettre en premier. Après un long moment je choisis un ensemble soutien-gorge shorty en dentelle rouge. Je vais me doucher puis l’enfile. Je parade devant le grand miroir avant de retourner dans mon nouvel antre préféré. Je regarde les pantalons, les robes et hésite, je ne sais pas quoi mettre tellement j’ai le choix. Je me décide sur une jupe serrée bleu océan qui s’arrête aux genoux et un chemisier noir. Habillée comme cela j’apprécie être pied nu sur la moquette dans la penderie mais il manque une chose importante, les talons. Je regarde partout dans la penderie mais je ne vois aucune chaussure.

Je trouve cela peu logique, tous ces vêtements mais pas de chaussures. Je regarde dans le reste de la chambre et voit une grande armoire à côté de l’entrée. Une fois ouverte, je découvre une grande collection de chaussures mais aussi de manteaux ! La présence et la beauté des manteaux m’a tellement surpris, que j’en oublie presque que je cherchais des talons.

Il y a deux étages de chaussures, ce qui représente à vue d’œil une trentaine de paires. Je flashe sur une paire de bottines à talons de 5 cm, je dirais. Je les essaie, elles me vont parfaitement. Madame a vraiment rempli ces placards pour moi. Je retourne devant le miroir, et me contemple avec émerveillement. Je me maquille légèrement, pas trop pute, ça n’irait pas avec cette tenue-là. Je me prends en photo, que je poste de suite sur mon blog. Les commentaires arrivent rapidement. Je commence à chatter avec une amie du site, on entame vite un dialogue hot, ce qui me donne envie de me fourrer le cul.

Je la quitte, et va chercher dans la n°35 de quoi satisfaire mon envie. Mais sur le chemin je croise Marcus, il me matte bien et me complimente sur ma tenue. Je ne dis rien car je viens d’avoir une meilleure idée. J’attrape sa main et le tire dans ma chambre. Je ferme la porte et lui saute dessus, je défais sa ceinture, baisse son pantalon et prend son chibre en main. Il ne bouge pas, ne dis rien, ce n’est pas la peine son membre parle pour lui. Je le mets dans ma bouche, il grandit avec hâte et me la remplit totalement. Je fais durer cette fellation durant de longues minutes, avant de craquer et d’en venir à mon but de départ. Je retire le tanga, et me penche sur la table, cul tendu. Je prononce alors deux mots : « Encule-moi ». Toujours en silence, il s’approche de moi, soulève ma jupe et pose son gland contre ma chatte de sissy. Je n’attends pas et recule, il ne bouge pas, je m’encule tout seul… non…. toutE seulE sur sa verge.

L’image doit être magnifique, une femelle en chemisier, jupe et talons s’enculant sur une belle et grosse bite de black. Marcus pose son rythme en me tenant par les fesses, il bouge enfin et provoque de gros bruits de claquement avec les hanches contre mon cul. Je gémis fort, mon excitation est à son comble, je vais venir. Je jouis ! ouiii ! C’est le pied… Les contractions de mon anus sont la goûte de trop, Marcus se lâche à son tour, dans mon fondement. Il se retire, son jus coule le long de mes jambes, je suis toute souillée. Je reprends sa queue en bouche pour lui faire sa toilette, puis le remercie. Il me remercie à son tour et me laisse seule. Je vais prendre une douche et vais choisir ma tenue pour demain avant d’aller me coucher.

J’ai quand même du mal à m’endormir sous l’émotion, me disant que cela fait beaucoup de choses pour un lundi. Je repense à l’annonce de Lucie sur le site et commence à penser que je suis peut-être la surprise du prochain week-end.

montre. Elle veut essayer cela de suite. Lucie est allée voir cela depuis son poste dans son bureau. Elle me répond, il marche assez bien mais qu’il y des choses à rajouter. Lucie est contente de mon avancement et me dit que c’est déjà très bien pour le moment, que je peux m’arrêter pour cette semaine et prendre le reste de mon après-midi.

Il est 15 h 30, je réfléchis à ce que je vais faire de mon aprèm quand Marcus vient me voir et me propose d’aller s’occuper des chevaux avec lui. Évidemment j’accepte avec joie. Je vais passer une autre tenue car je ne veux pas salir ni abîmer mon chemisier et ma jupe, et de plus les talons pour l’écurie ce n’est pas top. Je passe un jogging qui me flatte les fesses et laisse apparaître la forme de ma culotte, avec un haut qui rend visible mon nombril.

J’arrive à l’écurie, Je cherche notre homme de main, mais ne le trouve pas. Je remarque qu’il a sorti les chevaux, sûrement pour nettoyer les boxes, mais il n’y a aucun bruit. Je sors, et le trouve avec les étalons. Il me voit et me rejoint. On commence à nettoyer tranquillement, chacun à un bout de la pièce. A la fin de mon deuxième box, je finis de remettre de la paille propre, je me penche pour l’étaler. Soudain, Marcus se colle contre mes fesses, je sens son membre tout dur à travers les tissus. J’émets un « Oh ! » De surprise et fixe ma position. Il baisse mon pantalon et ma culotte, puis pose sa bouche sur mon trou. Il ouvre ma rondelle avec sa langue et me fait gémir, y glisse un doigt puis deux.

Je l’entends cracher, dans sa main sûrement, puis il pose son gland à l’entrée de ma chatte de sissy. Il rentre tendrement, lentement mais jusqu’au fond. Je suis aux anges. Il commence à me baiser fort, comme un animal, en levrette mais debout. Dans ce lieu, ce contexte, j’adore me faire baiser comme une chienne par mon étalon, qui d’ailleurs grogne comme tel.

Il me baise sur la paille pendant au moins une demi-heure avant de se retirer de moi, me tourner et me jouir sur le visage. Je lui nettoie en la reprenant en bouche, m’essuie le visage puis on reprend le boulot.

Il est 17h passé, on rentre vers la maison car Marcus doit se préparer pour accueillir nos invités du weekend, dont l’arrivée est prévue vers 18h. Il me dit d’aller voir Madame pour mon briefing de la soirée. Pour commencer, la tenue. Je devrais être habillé d’une jolie robe, qu’elle a choisi pour moi, elle me laisse le soin de choisir la lingerie qui ira avec ainsi que les talons, puisque talons sont obligatoires pour les femmes. Elle me fait confiance pour mes choix, je la remercie. Puis, que je sois bien propre, en sous entendant par là, de dedans aussi.

 

Je vais dans ma chambre, prend une bonne douche, et me lave le fondement. Je trouve la robe pendue sur le miroir. Elle est magnifique, d’un dégradé de bleu, épaules claires qui descend vers un bleu noir au bas de la robe, couleur qui me va à ravir avec mes yeux bleus. Elle est longue, pas trop ample, avec un dos échancré, de courtes manches et un petit décolleté sur l’avant. Je choisis un ensemble jarretelle de dentelles blanc. Je me regarde dans le miroir et voit que mes exercices physiques portent leur fruit. J’ai une silhouette de plus en plus féminine. Je passe la robe par-dessus, puis ouvre l’armoire à souliers. J’hésite longuement puis me décide sur les talons bleus roi.

Il est 18h30, les invites ont dû commencer à arriver. On toque à ma porte, c’est Madame qui vient voir où j’en suis pour me présenter aux convives. Elle valide ma tenue, et me complimente sur ma coiffure et mon maquillage, puis me mène à la salle des réceptions. Tout le monde se tait à notre arrivée, il y a au moins cinquante personnes. Lucie salue tout le monde puis me pressente :

 

« Voici Sophie ! La fameuse surprise de ce week-end ! » Cela fait monter un murmure de la part de tout le monde, ils se demandent sûrement qui je suis pour être cette surprise.

« Sophie, que voici, était, encore un garçon il y a quelques semaines. C’est en devenant mon nouvel agent informatique, qu’il a découvert mes sites, et plus particulièrement, mon site érotique, qu’il est aujourd’hui, devenue la belle Sophie devant vous. Je vous demanderais d’être cléments avec elle et de combler ses nombreuses lacunes. »

Je vois quelques hommes se masquer d’un large sourire plein de sens, et des femmes d’un sourire carnassier… Je sens que ce week-end va marquer un nouveau commencement dans ma vie mais j’ai aussi des appréhensions quant au nombre de personnes en face de moi.

Le buffet est alors ouvert et les invités se jettent vers les tables. L’alcool et les apéritifs sont à profusion, régulièrement alimentés par une équipe de serveuses et serveurs.

Madame me prend le bras et me pr2sente plus personnellement aux invités réguliers et proches. Je rencontre donc des hommes et femmes, majoritairement de la haute société. Je remarquais un couple, d’une trentaine d’années, qui me regardait intensément. Je m’excuse auprès de Lucie puis va les rejoindre. Je fais la connaissance de Paul et Laure, des habitués. Ils ont apparemment très envie de mieux me connaître, et ils m’attirent plus que les autres pour le moment. Nous discutons pendant un long moment, de moi, d’eux, avant que Laure propose qu’on aille dans une chambre pour plus d’intimité. On prend une bouteille, trois verres, puis direction la chambre. Je regarde Lucie qui me lance un clin d’œil.

Nous allons dans la partie du manoir réservée pour ces soirées puis entrons dans la première chambre à l’étage. On se pose sur le canapé, Paul fait le service puis on continue de discuter, mais du sujet de la soirée. On me demande de retirer ma robe, je m’exécute en effectuant une petite danse pour exciter mes amants du soir. Je suis en petite tenue, Paul me siffle et Laure complimente mon ensemble et mon corps. Cette dernière se lève et retire à son tour sa jolie robe rouge, et nous découvre un ensemble string jarretelle rouge et noir qui sublime son fessier et ses longues jambes, sa magnifique et imposante poitrine nue. Reste Paul, seul habillé mais avec une petite déformation du pantalon, qui grandie lentement.

Je me rassoie entre eux deux, chacun vient poser une main sur mes cuisses, puis me caressent tendrement. Laure se concentre sur mon entre jambe tandis que son compagnon promène sa main un peu partout sur mon corps. Il s’attarde sur mes petits seins, qui pointent sous l’excitation. Je commence à être serrée dans ma culotte sous les mouvements de cette belle femme. Je porte à mon tour mes mains sur mes partenaires, glisse dans le pantalon de Paul et sous le string de Laure. J’adore la sensualité de ces préliminaires, je n’en ai pas l’habitude. Il baisse son pantalon et laisse jaillir son membre qui se dresse droit comme un I. Il est beau, grand, pas autant que celui de Marcus mais presque. Un gland proéminent, qui laisse deviner qu’il est circoncis. Je retire ma culotte et me met à genoux pour me mettre en face à face avec ce beau sexe. Quant à Laure, elle se positionne derrière moi, me relève les fesses et vient me lécher et doigter le petit trou.

Le sexe entre dans ma bouche, je le prends au fond, Paul appuie sur ma tête et me guide selon ses envies. Mes gémissements de plaisir procurés par Laure sont étouffés par ce même membre qui fait des vas et viens entre mes lèvres. Paul se retire, se lève et me porte jusqu’au lit, me place à quatre pattes au bord et pose son bout à l’entrée de mon orifice. Je respire un bon coup puis devance mon amant en reculant sur sa queue, qui rentre sans forcer ni douleur grâce aux préparations de sa femme, qui vient se placer devant moi, sa vulve enfin nue, devant mon visage. Pendant que son mari coulisse en moi en me prend la tête pour que je lui butine l’abricot.

Nous ne faisons pas que baiser, nous faisions l’amour à trois.

Laure s’écarte et va fouiller dans la grande armoire et notre homme en profite pour changer de position, il se met sur le dos et me demande de m’empaler sur lui, ce que je m’empresse de faire. Les genoux autour de ses hanches, mes mains posées sur ton torse musclé, je sens notre partenaire me soulever et enduire mon trou de graisse lubrifiante. Je me replante sur le chibre de Paul et continue de le baiser. Paul m’attrape le cul et me stoppe, puis je sens un deuxième gland forcer mon entrée. Cela fait mal, ça ne rentre pas. Laure va chercher une petite fiole qu’elle met sous mon nez pour que j’inspire, je ne connais pas, mais une sensation de chaud m’envahit presque immédiatement, je me détends…

Laure et son gode ceinture retente sa chance, en remettant de la graisse, puis avec une forte douleur, rentre en moi. Une double pénétration ! C’est une première, pour moi, et après quelques minutes sans bouger, la douleur disparaît et ils entament enfin chacun des vas et viens en rythme inverse et en variant la cadence.

 

Laure se couche sur mon dos, et écrase ses gros seins ce qui m’excite au plus au point. Sans prévenir, je jouis. Je jouis d’une puissance comme jamais jusque-là. Laure se retire et Paul accélère pour venir à son tour en moi.

On se couche côte à côte, je repends mon souffle et fait remarquer que Laure n’a pas joui contrairement à nous. Elle me regarde, me montre son bassin, et je remarque alors qu’elle a utilisé un gode double. Elle me dit qu’elle a joui aussi en se retirant de moi mais en silence.

Je l’embrasse, souris regarde Paul et revient lui caresser la queue. Elle reste molle, il me dit qu’il lui faut une pause pour se remettre un peu. Je reste couchée en compagnie de Laure, alors que Paul se lève et va se rafraîchir sous la douche. Il règne une odeur de sexe dans la pièce, c’est excitant. Je n’en ai pas assez et revient brouter le minou de la belle. Je reprends vigueur et pressente mon clito tout dur contre sa chatte. Je la pénètre, ça glisse bien vu qu’elle est toute mouillée. Je joue en même temps avec son bouton d’amour et arrive enfin à lui soutirer des gémissements.

Elle jouit au moment où son homme revient. Il rigole, et s’en va chercher de quoi nous restaurer.

Je passe donc la nuit avec ce couple, on baise à plusieurs reprises. J’ai même eu l’occasion de prendre Paul par derrière.

La lumière du jour traverse les rideaux, je me lève, les laisses à leurs rêves puis me retire. Je vais dans ma chambre passer une tenue plus confortable, puis me rend à la salle à manger pour prendre le déjeuner. J’y retrouve quelques invités, dont certains sont dans le plus simple appareil (tout nus). Madame, me rejoint, et me demande si j’ai passé une bonne nuit, je lui réponds qu’évidement oui ! Elle me prend à part puis me dis que ce soir sera différent. Je serais offerte à tout le monde. Qu’elle me donnera ma tenue le moment venu et que je dois m’attendre à tout. Elle me rassure en disant qu’il n’y aura pas de violence, ce n’est que ma première fois dans ce genre de soirée, et que les invitées respecteront mes limites. Elle me laisse alors faire connaissance des autres invités.

Le repas passé, certains vont faire une sieste, d’autre voguent aux activités organisées, moi je vais aussi me reposer dans ma chambre. Je prends une longue douche, je fais appel à Ariel, une femme rencontrée plus tôt qui m’a gentiment proposé un massage (c’est une pro). Elle me relaxe bien, son massage est efficace. Elle intensifie ses mouvements sur mes fesses et se rapproche petit à petit de mon trou. Elle me relève le cul, glisse ses doigts dedans sans résistance, l’huile de massage et l’épisode de la veille rend la chose facile. Elle me fait gémir jusqu’à jouissance. Je la remercie en lui flattant ses lèvres du bas puis elle se retire pour faire profiter de ses aptitudes à d’autres invités.

Il est presque 18h je vais me doucher à nouveau avant de m’enfoncer dans mon dressing choisir ma tenue pour le début de soirée. Je mets donc une culotte tanga en dentelle et passe par-dessus une robe courte. Je ne mets pas de soutien-gorge, cela n’irait pas avec la robe. Je me dirige vers la salle pour rejoindre les convives et mange un peu, de quoi tenir la nuit.

Le dîner terminé, Madame vient me chercher pour que je change de tenue. Elle a sélectionné un ensemble latex, corset, string ouvert et bottines. Au retour, elle change de direction et me mène jusqu’une grande salle au sous-sol. La pièce fait au moins 100m² à elle seule et le contour est fait d’alcôves meublés de canapés et fauteuils. Un grand matelas en son centre, que me désigne Lucie, sera mon endroit du soir. Je m’assoie au bord puis la maîtresse de maison vient me mettre un bandeau sur les yeux. (On a déjà parlé de ce que ne veux pas faire, j’espère qu’elle en a averti les convives)

 

La salle se rempli rapidement, avec brouhaha, je ne vois rien mais au bruit je pense que tout le monde est présent. Je devine être le sujet de conversation à nouveau puis Lucie lance la soirée avec un petit discours.

Des mains viennent se poser de partout sur moi, je suis anxieuse mais excitée à la fois. On attrape mes mains, l’une se retrouve sur une verge de belle taille et l’autre sur un sein. Je me laisse faire, je ne suis qu’une poupée au service du peuple. Une autre queue vient se glisser entre mes lèvres, une bouche se pose sur ma rondelle et une autre me prend mon clito de sissy. Je gémis, me tortille de plaisir. Je me fixe quand un gland pousse sur mon trou, il rentre d’un coup jusqu’au fond, elle est grosse, heureusement que je suis bien ouverte. On relâche ma queue, mes mains n’arrêtent pas de changer de personnes. Je sens un premier homme se raidir entre mes doigts et me jouir sur le visage, celui en moi vient à son tour et laisse la place au suivant.

Les bites s’enchaînent en moi, je suis inondée de sperme, j’ai joui plusieurs fois du cul. On m’accorde une petite pause, m’amène à boire. Le ruban couvrant mes eux est retiré par une magnifique femme, je regarde alors autour de moi et découvre cette orgie… Les gens baisent de partout, plus personne n’est vêtus, je vois autant d’homme que de femme se faire enculer et inversement, un gros stock de gode ceinture a été prévu. La femme qui m’a libéré se place en 69 au-dessus de moi, elle est grande, ce que fait que quand j’ai sa chatte au-dessus de ma bouche elle a ses seins au-dessus de mon pénis. Elle me suce, me masturbe avec ses gros seins, je la lèche et lui doigte ses deux trous. Elle se relève et s’empale sur moi. Elle me baise un long moment, avec ses deux orifices puis jouis, ses contractions ont raison de moi et je viens à mon tour. Elle me laisse et comme personne ne vient me baiser encore, je m’endors.

Je me réveille, une bite dans le cul, il me semble la reconnaître, je tourne la tête et vois Marcus. Mon amoureux est là, en moi… Je le regarde dans les yeux, lui aussi, puis il se couche sur moi et vient m’embrasser. Il me fait l’amour, j’adore. Je jouis encore une fois du cul mais n’éjacule plus. Je suis vidée et me rendors alors que mon homme ne s’est pas encore retiré de moi.

On me réveille en me secouant, c’est Lucie qui vient me chercher… Il est déjà 15h, tout le monde est parti, le calme est revenu dans la demeure. Je mange un bout en compagnie de Madame, elle me raconte ma soirée, de son point de vue et moi du mien. Je lui confirme que j’ai beaucoup aimé et que je suis heureuse d’avoir été là.

La vie reprend, les soirées aussi, plus souvent, elles sont plus ou moins intenses mais elles sont là. Je vis avec Marcus une belle histoire depuis longtemps. J’ai l’impression de vivre un rêve maintenant que je me suis fait à cette vie…

FIN

 

 

Navigue dans cette catégorie

1 Commentaire

  1. Jai adoré merci.
    Quelle honneur d’être à ça place mais j’y connais rien en informatique

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This