1. Les histoires de cocus
  2.  » Notre voisin (Part’2)

Notre voisin (Part’2)

, | Les histoires de cocus

Nous savons tous les trois que je suis le cocu.

Depuis que j’avais vu mon épouse, trois jours plus tôt, me cocufier avec mon voisin Douimé via mon système de surveillance, je ne pensais qu’à cela. Dans ma tête, un mélange entre excitation et jalousie, moi qui fantasmais de la voir prendre du plaisir avec un autre homme, j’étais rattrapé par cette sensation au goût bizarre, mais qui m’excitait terriblement,

Pourtant en rentrant du travail ce soir-là, je ne pensais pas que les choses allaient évoluer à cette vitesse-là. J’avais, comme souvent, terminé un peu plus tard et je découvris mon épouse au fourneau en train de préparer un bon gâteau. Elle était la toute pimpante souriante et même maquillée, elle portait une petite jupe courte en jeans un haut blanc légèrement transparent je pouvais deviner ce joli soutien-gorge blanc transparent. Au pied, elle portait ses jolies chaussures à talons noir que j’aime tant.

Elle m’excitait déjà terriblement, je posais mes lèvres sur les siennes et commença à la caresser sous la jupe ce qui me permit de découvrir son superbe string blanc transparent avec un cœur dessus, je l’adore celui-là. Je lui susurrais qu’elle me donnait envie de la baiser tous de suite sans attendre.

« Tout a l’heure, mon chéri va déjà prendre une bonne douche, j’aime quand tu sens bon. Pendant ce temps-là je vais aller chercher des œufs chez Douimé pour faire le gâteau que tu préfères. J’ai complètement oublié, me dit -elle en riant et me repoussant.

– Pas de problème ma chérie, je me douche, dépêche-toi tu me donne trop envie tu sais.

Stéphanie parti rapidement chercher ses œufs chez Douimé pendant que je prenais ma douche en prenant bien soin de me raser les couilles. J’adore le toucher de mes boules lisses et Stéphanie aussi.

J’avais déjà fini ma douche depuis une bonne demi-heure que ma chérie n’était toujours pas rentrée. J ‘étais seul à regarder la télévision en caleçon prêt à satisfaire mon épouse. Je commençais à gamberger sérieusement lorsque la porte d’entrée s’ouvrit et que Stéphanie arriva enfin avec les œufs.

J’étais un peu surpris de la voir partir rapidement vers la salle de bain, sans un regard pour moi.

Je me leva pour la rejoindre et je la découvris les joues rouges, légèrement essoufflée et complétement décoiffée.

« Qu’est ce qui se passe chérie, ça ne va pas. ?

– Non rien, me dit-elle. »

Mais en m’approchant, je me suis aperçu qu’elle était transpirante, je trouvais, qu’elle sentait le sexe.

– Que s’est-il passé mon amour ? Tu as été chez Douimé et tu as fait quoi là-bas ? Tu as baisé avec lui ou quoi ? »

Je fus consterné de découvrir en passant ma main sur ses fesses qu’elle ne portait plus son petit string blanc. Mon sang ne fit qu’un tour, je passai un coup de téléphone pour appeler Douimé et lui dit de monter tous de suite.

Deux minutes à peine et Douimé était déjà là tout sourire

« Qu’est-ce qu’il y a Charli, me dit-il.

– Il y a que Stéphanie est partie chez toi et qu’elle revient tout essoufflée, les joues rouges, tu n’as pas un truc à me dire ?

– Bah si, me dit-il en sortant le string de ma femme de sa poche, elle a oublié sa culotte chez moi et je vais pourvoir lui rendre, dit-il en éclatant de rire ».

Ma femme, toute rouge, me regardait à peine et moi j’étais là, le souffle coupé, je ne trouvais aucun mot. Douimé rigolait toujours.

– Tu sais, me dit-il, Stéphanie est une très belle femme, elle est juste descendue me voir pour avoir ce qu’elle n’a pas avec toi une bonne dose de sexe et d’ailleurs regarde. ».

Il s’approcha de ma femme, souleva sa petite jupe sans aucune gêne et je découvris mon épouse la chatte à l’air sans string et toute lisse.

– Bah oui, tu vois, elle est descendue me voir pour que je lui rase le minou et comme elle m’a trop excité, je l’ai baisé comme tu ne sais pas le faire apparemment, je me trompe ? ».

Je me surpris à répondre d’un oui timide

– Bah tu vois, tu ne trouves pas sa chatte beaucoup plus jolie comme ça ?

– Si, Douimé, mais elle m’a toujours dit non quand je lui demandais de le faire.

– Charli, mais toi, tu es son mari cocu, moi je suis son amant et elle ne me refuse pas grand-chose tu sais ».

Stéphanie me regarda et me dit timidement qu’elle m’avait trompé déjà une première fois avec Douimé, il y a quelques jours, mais Douimé coupa court à tout ça.

– Regarde Charli, je veux juste m’occuper de ton épouse pour lui faire du bien je ne suis pas son mari, je veux juste la satisfaire comme toi tu ne le fais pas assez, d’après Stéphanie, me dit-il.

Douimé déshabilla Stéphanie devant moi, mon épouse ne disait rien, elle ne faisait que me regarder, elle semblait apprécier d’être nue devant moi, son mari et Douimé, son amant.

Douimé était derrière elle, il lui caressait ses seins, les prenait à pleine main, tirait sur ses tétines il pria Stéphanie d’écarter les cuisses.

– Regarde Charli, me dit-il, son minou, il est tout poisseux, mets ton nez dessus, il est plein de mon jus de sexe, sens l’odeur de ton épouse, Tu vois, je l’ai baisée chez moi tout a l’heure et bien je vais te montrer comment on fait jouir une femme comme la tienne ».

Une queue black sodomise ma femme pour sa première fois.

J’étais dans un état étrange devant le laisser-aller de ma chérie, mon excitation montait. Je n’étais que spectateur de tout ça, mon caleçon me gênait mon sexe était tout gonflé de désir, j’aimais visiblement ça moi aussi.

Mon voisin caressait mon épouse et se permettait de l’embrasser partout. Il se pencha, mordilla le bout des seins de ma femme puis il la regarda et lui dit :

– Tu as aimé ma grosse queue dans ta chatte tout à l’heure, n’est-ce pas ?

– Oui Douimé, j’ai adoré ça, j’ai joui fort.

– Et bien maintenant, je vais te prendre le cul devant ton mari, je vais te faire hurler, tu vas voir ce que c’est un vrai mâle, tu le mérites petite Stéphanie d’amour.

– Non, Douimé tu le sais, je ne me suis jamais fait sodomiser. Je te l’ai dit tout à l’heure, ça doit faire mal surtout avec ton gros boudin noir.

– Stéphanie, lui dit-il sèchement, on a fait un deal pendant que je te rasais la chatte. Tu dois tout accepter désormais, tu es ma petite salope. Alors je vais dépuceler ton cul devant ton mari. Allez, chérie, penche-toi en avant dépêche-toi. Rassure-toi, j’ai même pris du gel lubrifiant pour ton petit trou. Et toi, Charli regarde comme ta femme va se faire baiser la rondelle, branle-toi si tu veux en profitant du spectacle, au moins, on prendra du plaisir tous les 3.

Douimé baissa son froc, mon voisin avait une bite énorme, je n’avais jamais vu un tel engin. Son gland était même plus large que sa queue énorme, longue et dressée fièrement ! Ce salaud avait une grosse paire de couilles qui pendait, des testicules gros comme ceux d’un taureau. Je me sentais soudainement ridicule avec ma queue et mes petites boules.

Douimé mis la vaseline sur son énorme braquemart et sur la rondelle de ma femme, Stéphanie ne bougeait plus mais je voyais sa chatte couler d’envie, sa cyprine ruisselait sur le haut de ses cuisses

Cette petite salope avait envie de se prendre cette queue bandée dans son cul.

Je regardais Douimé mettre son gros gland sur l’entrée du cul de ma femme et en agrippant les épaules de Stéphanie, il s’enfonça sans ménagement. Ma petite chérie hurla, un cri entre surprise, douleur mais aussi plaisir.

«  Oh putain, cria-t-elle au bout de quelques minutes, c’est trop bon, vas-y mon salop fais-moi crier, s’il te plaît, lime-moi plus fort, ta queue m’écarte le trou du cul mais c’est trop bon ! Ohhhhh, regarde mon chéri ; regarde comment Douimé me sodomise, je n’y crois pas il fait ça trop bien ! Vas-y, mon Douimé enfonce ta grosse verge bien profonde, pénètre ta voisine mariée préférée.

Stéphanie gloussait, ses nichons ballottaient dans tous les sens et Douimé ramonait ma femme en s’agrippant à ses gros seins qui pendaient. Il les écrasait dans ses grandes mains, ses grosses couilles claquaient contre les fesses de ma petite chérie, il rentrait et sortait d’elle, sans ménagement. Mais comment avait-il pu savoir qu’elle aimerait çà ?

– Regarde Charli comme ta femme se régale, me dit-il. Je suis sûr que tu ne l’as jamais vu comme ça

Douimé se retira des fesses de ma femme son petit trou était tout dilaté.

Douimé s’allongea sur le canapé du salon et dit à Stéphanie de venir s’asseoir sur son gros radis noir afin qu’elle puisse encore mieux le sentir profond.

Mon épouse ne se fie pas prier deux fois, elle s’accroupit devant le membre érigé à son honneur, le pris en main et le dirigea directement dans son anus grand ouvert

– Oh putain oui, c’est trop bon, elle va trop loin mon Douimé ! Je la sens bien loin, quel bonheur cette bonne queue ! Regarde mon chéri ce que je prends dans mes fesses. Regarde, c’est trop bon et de te voir bander là m’excite encore plus, alors mon chéri, branle-toi devant nous.

C’est vrai que ma queue était bien dure même si je ne pouvais la comparer à cette grosse bite. Alors, Je me branlais me disant « une queue black encule ma femme devant moi et ça m’excite ».

Les 2 amants se déhanchaient dans tous les sens, Douimé caressait mon épouse de partout et en profitait pour lui enfoncer 2 doigts dans sa chatte trempée.

Stéphanie gueulait, son corps se trémoussait, elle bondissait sur la verge noire de Douimé, ses seins allaient de gauche à droite. Ses mots étaient crus et jamais je n’avais entendu ma femme dire autant d’obscénités.

– Ohhhhhhhhh oui vas-y, gueulait-elle, je vais partir, je vais jouir, vas-y mon salop, bouge bien fort tes doigts dans mon minou de femme mariée et remplie-moi de foutre mon petit trou, j’en ai très envie.

Stéphanie se faisait dépuceler la rondelle devant moi, je sentais qu’elle n’allait pas tenir bien longtemps mais ce fut son amant black qui cracha d’abord sa semence. Il lâcha un « ohhhhhhhhhhh Steph, t’es trop bonne je jouis dans ton fion d’épouse infidèle ». Il était en train de répandre son jus au fond de l’anus de ma femme.

Stéphanie poussa un énorme soupir, elle jouissait pour la première fois par les fesses. Elle montait et descendait à toute vitesse sur le sexe de Douimé, elle criait si fort que les voisins devaient se demander ce qui se passait chez nous.

– Oh oui, putain, je jouis, oui je jouis par le cul, ohhhh c’est trop bon ! Oui, vas y mets la moi profond, je jouis par mon petit trou, cria-t-elle.

Je ne tiens pas bien longtemps moi non plus, je lâchais mon jus sur les cuisses de ma femme je venais de jouir en voyant ma chérie avoir un orgasme avec une grosse queue black plongée dans son cul.

Stéphanie se retira du long membre noir de Douimé et un long filet blanc s’écoulait de son anus dilaté.

Je pris son string blanc et j’entrepris d’essuyer l’arrière-train de mon épouse, le sperme encore chaud de Douimé coulait entre ses fesses. J’avais les mains collantes tellement il y en avait qui ruisselait. Notre voisin venait de se vider pour la seconde fois dans ma chérie et je l’ai vu prendre beaucoup de plaisir. Mais la voir jouir, sentir qu’elle prenait son pied, m’a si excité que je n’ai pu me retenir de me caresser jusqu’à l’orgasme.

Douimé pris congés en promettant de s’occuper désormais plus régulièrement de ma femme comme elle le méritait et avec mon consentement. Lorsqu’il est parti, Stéphanie et moi avons commencé à s’embrasser, se caresser, puis nous avons fait l’amour comme jamais.

Navigue dans cette catégorie

5 Commentaires

  1. Superbe récit. J’ai bandé comme un fou.

    Réponse
  2. Moi cest le mari que je veu etre

    Réponse
  3. oh oui une suite ………..

    Réponse
  4. J’adore j’espère avoir la suite

    Réponse
  5. Trop bon trop excitant quelle veinard ce Douimé vivement la suite

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This