Laissez-moi vous raconter une anecdote à propos d’une ex-petite amie à moi qui a un peu perdu le contrôle. Je ne dirai pas son vrai nom, mais appelons-la Rachel.

Les choses allaient bien quand nous avons commencé à sortir ensemble.
Rachel était une vraie petite bombe ! Juste ce qu’il faut de sauvage et aventurière pour garder ce petit côté secret… Enivrante…
Quelque peu dominante mais toujours très excitante…
Elle était magnifique, sexy jusqu’au bout des ongles…
Hummmm…Ces ongles toujours parfaits et si noirs…
C’est quelque chose que j’avais remarqué dès notre première rencontre. Ainsi, noirs et si parfaitement entretenus, ils reflétaient tout à fait sa personnalité et la rendait plus sexy et envoutante encore.

Habituée, des salons de manucure, elle recevait des manucures et pédicures professionnelles régulièrement, mais cela ne l’empêchait pas de faire des reprises dès que ses ongles commençaient à se développer de nouveau. Inutile de dire que, très souvent, elle se peignait les ongles pendant que nous regardions la télévision ou que nous traînions le week-end en amoureux dans notre petit nid d’amour.

Ce ne fut qu’environ 6 mois après la fin de notre relation, qu’elle commença à me demander si elle pouvait également peindre mes ongles.
J’arrêtais rapidement cette conversation me demandant ce qui lui passait par la tête.
Bien que « séparés », nous vivions toujours ensemble et, au fil des mois, elle semblait me le demander de plus en plus fréquemment et de plus en plus énergiquement. Et puis, un soir, ma vie a changée pour toujours …

Nous regardions la télévision. C’était un vendredi soir. Alors que sa manucure venait de lui faire les ongles elle sorti son kit de vernis et accessoires divers.
Elle venait pourtant de lui peindre les ongles alors je pensai qu’elle avait une puce ou qu’elle avait besoin de quelque chose pour se les retoucher.
Elle sortit un de ses petits flacons de vernis si féminins à mes yeux puis se retourna vers moi en me regardant et dit :

 

« Tu vas me laisser te peindre les ongles ce soir, j’en ai envie !

– Oh…Pourquoi es-tu si affirmative d’un coup? lui répondis-je avec un petit rictus amusé.

– Parce que si tu te laisses faire alors tu pourras me demander ce que tu voudras et je t’obéirais ! Ça te va ? »

Elle se doutait que j’allais céder à ses avances bien trop amoureux d’elle encore…

Elle allait m’en devoir une… Méfiant, je n’osai y croire…Rachel, prête à se soumettre à mes envies… Je rêvai debout à entendre cela…

 

« Bon, allez, D’accord ! Mais alors, que dirais-tu d’un bon massage du dos?

– Non, c’est ce que je voudrais seulement, c’est moi qui décide !
– Mais ne t’inquiètes pas, tu pourras l’enlever tout de suite après, je te le promets »

 

J’y ai réfléchi une seconde … Se faire peindre les ongles, qu’est-ce que ça pouvait vraiment faire ? Il semblait que ça allait la rendre vraiment heureuse alors… Et puis surtout, ça allait me permettre de nourrir de cette nouvelle expérience, mon petit côté secret… La Sissy qui sommeillait en moi allait avoir les ongles faits pour la première fois…
« OK … Mais à une seule condition, tu l’enlèves tout de suite après… et surtout pas de photos ! »
-Jamie… ! N’ai pas peur, c’est juste de la peinture ! Allez, je veux les deux mains et les deux pieds. Je veux juste voir à quoi tu ressemblerais ainsi efféminée, ensuite, nous l’enlèverons.
– Bien ! OK, si cela peut te faire plaisir…alors effémine-moi !!! »

Et ainsi elle commença avec passion et application, comme si j’étais une vraie fille, sa copine peut être… Je la regardai attentivement elle préparait habilement d’abord mes ongles de mains, puis ceux des pieds… Ils devenaient noirs les uns après les autres, au fur et à mesure que de son petit pinceau, elle étalait ce joli vernis noirs brillant. Comme elle avait commencé une deuxième couche, j’ai dit,  « wow, tu es vraiment très douée pour faire cela ! »
Elle leva les yeux vers moi et sourit de manière séduisante. Elle termine avec un top-coat transparent et me tendit un ventilateur portable.

 

« Maintenant, fais comme une vraie femme, utilises-le pour sécher tes ongles ».

 

J’ai pris le ventilateur et me suis penché. J’ai commencé par mes orteils. J’étais un peu hypnotisé par l’apparence d’un coup si féminine de mes mains et mes pieds. Puis je l’ai entendu … * clic * * clic* *clic**.
J’ai levé les yeux pour la voir là debout face à moi, dans sa petite nuisette qui ne cachait à peine sa féminité, avec son téléphone en main, en train de prendre des photos de moi.
« Hey! On avait dit pas de photo!  »
Elle couru dans la salle de bain et s’enferma.
« Rachel! Qu’est-ce que tu fais ? Supprime ces photos, s’il te plaît…aller, Rachel… Rachel?
-Je veux juste te les montrer avant, tu es ravissante mon chéri ! Tu es vraiment très sexy avec les ongles ainsi manucurés !», a répondu Rachel de l’autre côté de la porte.
– Bien, montrez-moi alors, puis supprimez-les. »

Après quelques secondes, elle ouvrit la porte et me tendit son téléphone. Je l’ai attrapé et je suis allé à son appareil photo et, pris par la panique, sans presque les regarder, j’ai supprimé les photos.
« Tu es une folle, qu’allais-tu en faire ? Est-ce que c’est bon ? Pouvons-nous enlever ce vernis maintenant ? Tu me fais peur Rachel ! »

Elle me regarda fixement, un sourire ironique rampant sur ses lèvres.
« Tu ne pensais pas que je t’aurais vraiment laissé les supprimer, n’est-ce pas ? »

– Tu ne les as pas postés sur Facebook ou même ailleurs Hein ? »

– Non, mais je pourrais le faire évidemment !!!Dit-elle en rigolant à haute voix comme pour augmenter mes craintes et son emprise sur moi.

– Je ne les posterais pas si tu fais juste un peu plus de choses pour moi ce soir.

– Tu ne vas pas les poster. Tu ne ferais pas ça.   Mais je ne croyais qu’à moitié ce que je disais.

– OK , me dit elle avant d’entrer dans la salle de bain.

Elle se pencha sous le lavabo, pour attraper le vernis à ongles et me le tendit. Au passage, sa nuisette relevée par sa posture, elle m’offrit une vue imprenable sur ses fesses de rêve.

Elle en profita pour m’arracher son téléphone des mains et commença à taper dessus.

 

« Que fais-tu encore avec ce téléphone ?  Demandai-je,

– Je vais commencer par les envoyer à quelques amies proches.

– Non Rachel, viens ! Ne fais pas ça, je ferais tout ce que tu voudras ce soir.

– Ok, je ne les envois pas … Si tu en fais encore un peu plus pour moi ce soir.

– Comme quoi ?  Demandai-je

 

Elle attrapa le vernis à ongles et dit :

-Je pense juste que tu as l’air très chaud avec…ce côté féminin m’excite et je ne veux pas que tu l’enlèves tout de suite. Je te promets que tu pourras l’enlever demain.

– Bien. Je vais le garder ce soir mais ensuite, tu supprimeras réellement ces images et toutes les sauvegardes ?  »

– Ha…Il y a encore une chose que je veux de toi. »

Je la regardais fixement. Elle se retourna, entra dans la chambre et revint quelques secondes plus tard avec un petit sac.

« Je veux que tu portes ça. »
J’ai ouvert le sac pour trouver une paire de lingerie, l’une de mes favoris en fait.
« Tu plaisantes ! je ne vais pas mettre ta lingerie, là, comme ça, devant toi…Je n’oserais jamais !  »
– Mais si mon chat ! Tu vas mettre cette jolie lingerie, sinon, souviens toi…nos amis vont commencer à découvrir eux aussi ton côté féminin ! Et puis cette lingerie ira tellement bien avec ton vernis…aller mon chéri, fais-moi plaisir !  »

J’y ai pensé pendant quelques secondes … elle m’avait bien piégé. Que devais-je faire ?
Je me sentais impuissant…ayant peur du ridicule mais troublé et excité au plus haut point par cette demande. »
J’étais nu face à elle. Ces ongles vernis ne faisaient qu’amplifier mon excitation…
J’ai glissé la petite culotte qu’elle m’avait ordonnée de porter, puis j’ai commencé à serrer le soutien-gorge. Comme une vraie petite femme, j’ai commencé à travailler sur le fermoir par devant…c’est à ce moment précis que je l’ai entendu dire « Dis Cheeeeseee ! » * clic * * clic* * l’appareil photo se déchainait à nouveau sous ses doigts.

Oh merde. Celles-ci allaient être encore pire … bien pire. J’ai couru vers elle mais, tellement troublé par cette lingerie que j’enfilai, j’ai réagi bien trop lentement. Elle est retournée à la salle de bain.

 

« Rachel – tu ne peux pas envoyer ces photos, à personne ! S’il te plaît supprime-les !
– Ne t’inquiète pas. Elles sont entre de bonnes mains. Fais ce que je dis et les photos resteront privées.  »
– Je fais déjà ce que tu m’ordonnes, que veux-tu de plus maintenant ? »
– Ohhh… Jamie, ce n’est que le début … Tu le sais, tu m’appartiens maintenant. »

Cela semblait un peu effrayant. J’y ai pensé une seconde, je me retrouvais à sa merci, pleinement soumis à ses exigences les plus folles , faute de quoi, tous nos amis et amies allaient découvrir mon penchant féminin…
« Rachel, que veux-tu que je fasse? Je ferai tout ce que tu voudras, mais s’il te plaît, juste, Supprimes ces images, ça me stress de te savoir ainsi dominante de la situation.

Qu’est-ce que je pouvais faire ou lui dire d’autre ?
La porte s’est ouverte. Elle était nue. Elle s’approcha de moi et attrapa mon visage pour m’embrasser. Puis elle m’a poussée avec force dans la chambre et a commencé à m’attraper. J’ai atteint mes culottes pour les retirer mais elle m’a attrapa la main et me dit : «Laisse-les ».

Elle l’a glissée sur le côté, s’est agenouillée devant moi et a commencé à m’offrir la douceur de sa bouche. Quelque chose différent, chaud et plus sensuel que ce que je n’avais jamais connu auparavant. Nous avons fait l’amour passionnément, furieusement excités de cette situation indécente…Ce fut fort mais très rapide, comme si nous laissions chacun exploser l’excitation que cette soirée nous avait procurée. Après avoir jouis plusieurs fois chacun, épuisées, nous nous sommes couchés là et nous nous sommes endormis l’un contre l’autre, divaguant sur ce nuage de plaisir que de tels ébats nous offrent. Tellement chaud, tellement fous pour chacun, peut-être que tout cela en valait la peine tout compte fait. En tout cas, je rêvais toute la nuit de vernis ongles, de petites culottes, de lingeries et de plein d’autres choses très érotiques…Devenais-je la Sissy que je n’avais jamais osé être… ?

 

Le lendemain matin, quand je me suis réveillé, Rachel était apparemment déjà partie.
J’ai retiré la petite culotte, défais le soutien-gorge. En faisant cela, je retrouvais mes ongles…tous aussi noirs et féminins les uns que les autres… J’ai enfilé un caleçon et je suis allé à la salle de bain pour enlever tout ce vernis à ongles comme convenu ensemble la veille.
A peine avais-je sorti le diluant du placard que je vis par le miroir, Rachel, là debout derrière moi, dans l’encadrement de la porte de la salle de bain.
« Qu’est-ce que tu penses faire avec ce dissolvant petit coquin ? » Demanda-t-elle d’un ton qui ne me laissait que peu d’espoir…
-J’allais juste enlever ce vernis à ongles.
– Est-ce que je t’ai dit que tu pouvais l’enlever ?
– Heuuu »… non.
– Alors Tu ne l’enlèves pas ! Un point c’est tout, à moins que tu ne préfères que j’ajoute les photos que j’ai faites de toi ce matin pendant que tu dormais encore… ?
– Mais alors, Encore combien de temps je devrais porter ce vernis ?
-Laisse-moi juste m’amuser ce week-end… ce sera bientôt fini…
– Et tu les supprimeras après ? »
– Peut être…. J’aime bien avoir ce contrôle, me dit-elle en souriant méchamment.
– Mais de toute façon, ne t’inquiète pas, si tu fais ce que je te dis, tu seras en sécurité. Ceci est votre seul avertissement cependant, tente une nouvelle fois d’agir sans ou contre mes ordres et ce sera le début des publications et partages avec nos amies…Alors, attention, sois bien sage et surtout obéissant si tu ne veux pas que tout le monde autour de nous ne sache que tu es une vraie petite sissy en devenir… !!!Va prendre une douche. Ensuite, nous partons.
– Où ça ? À l’extérieur ? » lui demandais-je tout de même un peu inquiet…

 

Comment j’allais pouvoir faire…mes dessous, mes ongles…et si l’on croisait quelqu’un que nous connaissions…Qu’avait-elle encore derrière la tête ?
Trop amoureux pour y réfléchir, je me décidais à lui obéir à nouveau aujourd’hui…
« Tu verras. Ce sera amusant, tu vas aimer, j’en suis certaine ! me dit-elle.

Vaincu, j’ai sauté dans la douche et après quelques minutes à l’intérieur j’ai été rejoint par une Rachel, nue, juste là, derrière moi. Elle profita de cet instant pour me caresser. A peine avait-elle effleurée ma peau que je me mis à bander comme un cerf. Fière de l’effet qu’elle me faisait, elle décida de me sucer de nouveau mais j’avais interdiction de la toucher…Sauf pour lui imprimer mon rythme en lui tenant fermement la tête, comme elle aimait que je le fasse parfois. Elle me porta rapidement à la jouissance de cette façon. Tout mon corps se raidi avant que je ne lui inonde la bouche de ma semence qu’elle adorait tant.
Elle se rendait vraiment difficile à détester, surtout lorsque par jeu, elle me malmenait ainsi. Comme si elle voulait me réconforter et m’encourager à la suivre dans ses jeux érotiques…
Nous avons sauté hors de la salle de bain et elle me remit une nouvelle paire de culottes.
« Aujourd’hui, tu porteras celles-ci ! Ça t’ira à merveille ! »
J’ouvris la bouche pour objecter, mais n’en fit rien me souvenant de ses menaces de diffusions des photos en cas de rébellion.
Malgré moi mais secrètement excité à la fois, j’enfilais ces dessous. Je mis par-dessus un pantalon et une chemise et suis allé dans la cuisine pour déjeuner. Après avoir mangé, elle me dit:

« Es-tu prête à partir?
– Où ça? »
-Faire un tour dehors…En amoureuses…! »
-Avec ça? » Je lui ai montré mes ongles … toujours noirs.

Elle me regarda comme si elle me défiait de dire un autre mot. Je n’ai pas bronché, littéralement soumis que je lui étais aujourd’hui encore.
Nous avons pris sa voiture et elle a commencé à conduire. Nous nous sommes finalement arrêtés devant un salon de manucure. Je l’ai regardée.  « Viens » dit-elle sans me laisser d’autre choix. Je l’ai suivie à l’intérieur. Apparemment, elle avait pris rendez-vous car elle n’avait pas eu à dire grand-chose avant que l’une des techniciennes de l’ongle nous fasse signe de la suivre.

« Alors, aujourd’hui, c’est monsieur qui a rendez-vous ? »

Nous lança-t-elle à haute voix devant les quelques clientes présentes dans la boutique. Mes joues s’empourpraient et je n’y pouvais rien…
D’une voix aussi soutenue et un tantinet moqueuse, Rachel lui répondit :
« C’est ça Nathalie, pour une fois, on s’occupe des ongles de monsieur ! Lui aussi doit se faire belle aujourd’hui !!! »

Alors qu’elles riaient de la situation, je me retrouvais assis sur une chaise au beau milieu de la boutique n’ayant aucun moyen de fuir les regards furtifs des autres clientes qui en disaient déjà long sur leurs pensées…
Qu’est-ce qui se passait, jusqu’où iraient-elles toutes les deux ?
Nathalie commença par enlever tout le vernis à ongles que j’avais. A cet instant, Rachel farfouilla dans son sac et me tendit un bandeau. Je l’ai regardée en signe de protestation, mais en vain…Elle dominait une fois encore… «

Mets ça sur tes yeux et écoutes ton corps ! Laisse-toi aller à ces nouvelles sensations mon cœur… !  »
Sachant d’avance toute revendication inutile, je le mis sur mes yeux. Il était doux et soyeux mais aussi, totalement opaque, me plongeant alors dans le noir complet…
Durant toute l’heure suivante, il y avait un tas de sensations sur mes mains et mes pieds, certaines très agréables, d’autres un peu moins… Je ne savais pas vraiment ce qui se passait, mais je supposais qu’elle peignait mes ongles comme l’avait déjà fait Rachel hier soir. Puis, silence et calme, ayant pour seul consigne de ne pas bouger d’un poil… Elle devait avoir terminé et je suppose…J’ai dû attendre que tout sèche pendant encore quelques minutes.
Comme j’étais assis là dans l’obscurité, j’ai entendu quelques clics de caméra de plus du téléphone de Rachel. Génial ! La voilà qui profitait encore de la situation…J’étais totalement impuissant et elle le savait…Tout compte fait, je me dis que ça ne pouvait pas être pire que celles qu’elle avait déjà faites.

Finalement, j’ai reçu l’autorisation d’enlever le bandeau qui masquait mes yeux. Malgré tout ce temps passé dans le noir, je n’ai pas été aveuglé, si ce n’est lorsque j’ai baissé les yeux … Mes ongles étaient devenus plus longs…bien plus long… Ils avaient maintenant passé le bout de mes doigts … et, sans surprise, ils étaient noirs de jais. Les ongles de mes pieds eux aussi avaient subi le même traitement…

 

« Mais qu’avez-vous fait à mes ongles toutes les deux ? Demandai-je à la fois surpris, énervé mais aussi, et je le savais bien au fond de moi, excité au plus haut point de ces ongles si féminins…Mais comment allais-je faire maintenant ? Ils étaient encore moins discrets qu’en arrivant, j’allais vraiment avoir du mal à les dissimuler…Qu’allait-on penser de moi ?
-Tu viens d’avoir ton premier mani / pedi sweety, tu n’as pas aimé ?
-J’ai bien compris, Merci…Mais pourquoi mes ongles sont si longs
– Ne t’inquiètes pas Jamie, ce sont des ongles acryliques. Maintenant, tu n’as plus à te soucier du vernis à ongles ! En revanche, il faut que tu le saches…La seule façon de les enlever sera de revenir ici…Et cette semaine, Nathalie n’a plus un seul instant à nous consacrer pour cela !!!

-Mais alors, combien de temps vais-je devoir les garder ? Rachel…s’il te plait… !
– Fais attention à ce que tu vas demander ! » Elle m’a coupé net dans mon élan. J’ai réfléchi une seconde et j’ai changé d’avis…Pas de contradiction… Nous avons donc payé et sommes revenus à la voiture. Après avoir traversé la ville, elle s’est arrêtée devant un centre commercial. Je savais que je ne pouvais une fois de plus rien contredire…
Je me suis caché les mains dans les poches, mais elle a tendu sa main et a saisi la mienne comme deux amoureux qui se tiennent la main pour promener…j’étais écarlate…mais au moins, je portais des chaussures !

Nous sommes allés à un café dans l’aire de restauration et à ma grande consternation, j’ai vu deux de ses amies assises à une table avec leurs copains. Elle leur fit un signe de la main. Après quelques salutations amicales, nous nous sommes assis à leur table. Je gardais mes mains cachées … effrayé par cette situation…Qu’allaient elles dire, comment j’allais dissimuler cette manucure…Que penseraient-ils de moi…

Pendant les premières minutes, j’ai pensé que j’allais peut-être m’en sortir, elles bavardaient, discutant de tout et de rien. J’étais donc assis là, faisant semblant d’envoyer des SMS sur mon téléphone sous la table. Puis j’entendis l’une de ses amies demander à Rachel :
« Bon, alors, que faites-vous aujourd’hui?
Rachel répondit du tac au tac.

– Oh, pas grand-chose, nous venons de sortir du salon de manucure.
– Oh c’est sympa ça, voyons voir!  » Dit l’une d’entre elles en se penchant pour regarder les ongles de Rachel .Rachel lui dit

-En fait, moi, je n’ai rien…Par contre, Jamie… »
Instantanément, Ils se sont tous tournés vers moi et sans aucune discrétion, m’ont fait montrer mes ongles.
Ils et elles y allèrent chacun de son commentaire sur le fait que mes ongles étaient non seulement peints en noir, mais aussi long qu’il pu exister de faux ongles. J’étais tellement embarrassé. J’ai essayé de me la jouer cool, mais Rachel m’a rendu l’exercice encore plus difficile en ajoutant :

 

«  C’était toute son idée! Mais je pense qu’il ne savait pas que les acryliques durent pendant des semaines, mais il est trop tard maintenant ! Mon homme sexy et si féminin peut le rester aussi longtemps qu’il le veut !!! Je l’imagine déjà Lundi au boulot !!!  »
– Est-ce que ses ongles d’orteils sont peints aussi? » Demanda l’un d’entre eux. Rachel hocha la tête en souriant et en ajoutant

– Oui oui…telle une parfaite Sissy…toute mignonne toute belle !
– Peut-on voir ça?
-Mieux  encore, dit Rachel, tous ensemble, allons lui acheter des sandales! »

Mon cœur m’a semblé s’arrêter ! A nouveau sans aucune emprise sur la situation, je me trouvais cette fois ci obligé de suivre le groupe qui partait sans concession possible dans le magasin de chaussures du bout du hall.
Rachel présenta la situation à la première vendeuse venue et sans ne rien cacher de la situation aux clients présents…Nouvel instant de honte pour moi mais tellement excitant malgré moi…
Après avoir essayé plusieurs paires et attiré beaucoup d’attention, ils ont trouvé une paire de sandale au style gladiateur qu’ils pensaient être parfaite. J’ai commencé à remettre mes chaussures, mais Rachel a demandé à la vendeuse si je pouvais les porter maintenant.
Répondant par l’affirmative, elle enleva l’étiquette, la scanna et mis mes chaussures dans la boîte.

 

« Parfait ! Te voici mise en valeur mon amour ! Regarde tes jolis pieds…Comme ils ressortent bien dans ces sandales…Tu es ma Sissy à moi maintenant ! Enfin, presque… »

Je me souhaitais intérieurement bonne chance pour cacher mes ongles cette paire de sandales conçues pour attirer l’attention sur les pieds. Ma tête était toujours en train de flotter …J’étais dans un tel état d’excitation, de gêne, je ne savais plus quoi penser ni que faire…Il m’était impossible de réfléchir…
Maintenant ses amis m’avaient vu, OK, ce n’était peut-être pas si grave, ils ne me connaissent pas vraiment, ne connaissaient personne que je connais, alors qu’est-ce que ça pouvait faire au final, me disais-je comme pour me rassurer et reprendre confiance en moi malgré cette situation un peu incongrue.
Noyé dans cet état d’inconscience, je fus comme électrisé lorsque Rachel proposa à ses amis de faire la boutique d’en face pour me trouver une tenue…un peu plus en accord avec mes ongles dira-t-on…
Sans citer de marque, nous entrions dans cette boutique pour femme et là, comme dans la précédente, Rachel interpela une jeune vendeuse pour lui exprimer ses envies…
« Nous sommes chez-vous pour trouver une tenue à ma Sissy qui n’a de cesse de me piquer mes mini jupes et petits débardeurs. Auriez-vous quelque chose à lui proposer pour qu’elle ait ses tenues à elle ?  »
La vendeuse, très professionnelle mais tout aussi coquine ne laissa presque rien paraître, me « proposant » une mini min jupe écossaise ainsi qu’un petit haut blanc, façon chemisier.
Je pense que cela ira parfaitement avec vos sandales et votre manucure…Venez avec moi, les cabines d’essayage sont juste là, vous pouvez y aller.
Accompagné de près par Rachel et ses amis, je n’avais d’autre choix que de dévoiler mes lingeries à tout le monde…y compris cette jeune vendeuse qui, par le rideau laissé ouvert sciemment par Rachel, ne manquait pas une miette de mon strip-tease…
Je ne savais plus comment survivre à tout cela…totalement soumis aux jeux de Rachel et aux commentaires de ses amies…lorsqu’à nouveau j’entendis le cliquetis de l’appareil photo de son téléphone portable, là encore, sans ne rien pouvoir faire ni dire…

Essayant à nouveau de voir le côté positif de cette séance d’habillage, je m’efforçais de penser à la Sissy enfouie au plus profond de moi, aux fantasmes que je n’avais jamais osé vivre ni même avouer à personne mais que Rachel me faisait aujourd’hui réaliser sans même le savoir réellement…
Malgré ces pensées positives, je restais bloqué sur ces ongles acryliques … Comment allais-je pouvoir faire Lundi pour aller au travail…
Finalement, après avoir bu un autre verre ensemble, nous sommes retournés à la voiture et sommes rentrés à la maison.
J’étais l’esclave d’une folle…Et ce n’était certainement que le début…

 

[Sassy_Social_Share]

2 Commentaires

  1. Un début sympa ! j’espere qu’il y aura une suite !

    Réponse
  2. Merci pour cette publication, vous souhaitant à toutes et tous une agréable lecture.

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Les produits FabriKa dans ma boutiK

 

 


Les Partenaires

Evènements

 

Petites annonces


Vidéos



 

Share This