Les histoires de cocus » Derrière la vitre

Derrière la vitre

Elise et moi avions déjà eu quelques expériences libertines et cela avec des hommes « recrutés » par petites annonces sur les sites spécialisés. Même si à chaque fois, nous sommes un peu intimidés, nous prenons toujours beaucoup plaisirs lors de ces rencontres d’un soir.

Puis comme cela me trottait dans la tête depuis quelques temps, je lui proposais d’oser s’exhiber sur un parking discret, tout en restant en sécurité dans la voiture. J’avais envie qu’elle se montre dans notre voiture face à des voyeurs de l’autre côté de nos parebrises.

Après en avoir discuté plusieurs fois, Elise finit par accepter, mais à la condition de rester dans la voiture et de ne rien faire avec ces inconnus Cela m’allait parfaitement, l’imaginer se montrer, se toucher devant des hommes, m’excitait déjà beaucoup.

Nous avions convenu avec Elise de réaliser ce fantasmes le dimanche suivant. Et le dimanche suivant arriva.

Le look qu’elle s’était donné pour notre sortie en voiture montrait qu’elle avait envie de jouer le jeu, pour cette première fois.

Qu’elle était sexy, mon Elise. Avec sa chevelure brune brillante, ses lèvres rouges et étincelantes, c’est grand yeux noirs et ravageurs, elle était si belle. Elle avait choisi de faire simple et pratique, elle portait en tout et pour tout un manteau noir et une paire de bas…. Et une paire de vielle baskets grises. Je lui dis que ces chaussures juraient un peu, mais elle me rappela que comme elle ne sortira pas de la voiture personne ne les verra.

C’est donc avec ma femme, ses baskets et son manteau que je pris la route vers le parking d’une des plages au bord de la rivière. Je savais où on allait, j’avais choisi un lieu proche de la maison sur un site qui liste les lieux de rencontre et d’exhibition.

On arriva sur le parking, il y avait 4 voitures avec des gens dedans. J’espérais qu’il n’y ait pas de couple ou de femme, je n’avais pas envie de faire face à de la concurrence. Garé, je coupais le moteur et demanda à Elise si elle était excitée par la situation elle mit sa main sur mon entre jambe et me caressa en me disant qu’elle était très chaude de faire cela… si elle ne sortait pas de la voiture.

Alors, il était temps de faire place au spectacle, j’allumais le plafonnier pour que les voisins de parking puissent voir que mon épouse était là pour se montrer à eux.

Résultat il n’y avait pas de concurrence, mais au contraire tout un public pour Elise, de chaque voiture sortit un homme qui s’approchait de la nôtre.

Je ne pourrai pas les décrire car il faisait nuit et la lumière intérieure m’éblouissait, ils étaient 4, donc 2 en jeans, un en jogging et un ….. en slip. Il regardait Elise, et elle, démarrait son show. Elle commença à approcher son visage de la vitre, montrant sa bouche, se mordillant et se passant la langue ses lèvres. Elle les regardait avec son air le plus lubrique, le plus salope qu’elle pouvait leur offrir. Les 4 mecs se touchaient la queue à travers leur pantalon, sauf pour celui en slip, slip qui ne cachait plus rien, puisque le gland de sa queue bandée dépassait de son étui.

Elise se mit à se lécher et sucer ses doigts, comme si elle était affamée de queues. Pendant que çà tête faisait des vas et viens sur ses doigts, elle déboutonna son manteau et l’ouvrit. Ces 4 admirateurs ont pu découvrir qu’elle ne portait rien dessous, ses seins et son entre-jambe étaient à la merci de leurs regards cochons.

Je la voyais excitée, je la sentais garce et prête à leur montrer, j’aimais cette situation, la voir en train de chauffer un groupe de mecs.

Les 4 types se sont mis la queue à l’air dès l’instant où les doigts mouillés d’Elise passèrent de sa bouche à son sexe. Ils se regardaient tous les cinq, ils se masturbaient tous et ma femme gémissait de se toucher devant toutes ces queues raides pour elle.

Elise se tortillait, se caresser les seins tout en jouant avec sa chatte. Je sentais son souffle s’accélérer, ses gémissements plus forts et le bruit humide de ses doigts pénétrant sa chatte, je bandais autant que les 4 spectateurs. Ces petits gémissements devinrent cri lorsqu’elle jouit devant ces bites, voir autant de queues la désirer, la rendait folle.

Ses hurlements de jouissance ont transmis une envie contagieuse, car celui en slip s’approcha du carreau, puis gicla dessus. Son sperme dégoulinait sur le rempart de verre et Elise, toujours dans son rôle de salope, se mit à lécher la vitre. Cela excita les 3 autres, car ils se rapprochèrent, ils se branlaient à quelques centimètres du visage d’Elise. C’est presque en même temps que les 3 hommes ont juté sur la vitre, Elise venait d’assister à une triple éjaculation tout près d’elle. Heureusement que le carreau la protégeait, car vu comme il était souillé, je n’ose pas imaginer le visage qu’elle aurait eu sans lui.

Ils ont remonté leur caleçon et froc et sont partis, derrière eux, il restait un mec, il était arrivé sans qu’on s’en aperçoive.

Il s’approcha de la voiture et arrivé du côté d’Elise, il baissa directement son froc et sorti sa bite. Elise me dit qu’elle était énorme, mais on distinguait mal à cause du sperme sur la vitre.

Elle le matait à travers les taches de foutre et repris son show, mais ce coup-ci sans la phase préliminaire, elle se caressa sa chatte mouillée.

« C ’est dommage, me dit-elle, car il a l’air d’en avoir une très grosse et je ne la vois pas bien, et lui ne doit pas bien me voir non plus !» C’est alors qu’ elle me demanda si elle pouvait descendre un peu la fenêtre pour mieux en profiter.

Comme je lui dis qu’elle pouvait, elle la baissa et confirma qu’elle était vraiment très grosse. Je la voyais saliver devant cette grosse queue qui se branlait devant elle. Le mec lui demanda si elle voulait la toucher et Elise se tournait vers moi comme pour me demander mon autorisation. Suite au hochement de tête que je venais de lui faire, elle prit cette queue inconnue dans sa main et se mit à la branler. Elle était trop belle, quasi nue dans la voiture en train de se caresser la chatte pendant qu’elle branlait une énorme queue. Elle se doigtait avec vigueur, se massait le clitoris dans un rythme effréné, elle voulait jouir d’être une garce.

L’orgasme approchant, elle branlait encore plus fort et plus vite cette queue, le mec s’étant appuyé sur la voiture, toute sa bite était dans la voiture, à quelques centimètre d’Elise.

Je savais qu’elle ne ferait rien de plus que de le branler, car Elise n’est pas du genre à sucer une queue d’un inconnu sans capote, et nous n’en avions pas.

Cependant, elle approcha son visage de ce sexe et le plaça sur sa joue, elle le branlait contre son visage.

Elle devait aimer sentir ce gros gland chaud contre elle, car elle se mis à hurler à nouveau, un vrai orgasme ravageur que toute la vallée avait dû entendre. Elle continua à masturber le mec et dans un grognement animal, il relâcha son orgasme sur Elise, il déversa tout son foutre sur la joue droite de ma femme. C’est toute la moitié du visage de mon épouse qui avait été souillé par cet inconnu, il y en avait tellement que cela coulait, les gouttes allant s’écraser sur ses seins. Le mec était parti, j’avais remonté la vitre et coupé le plafonnier, je regardais Elise reprendre son souffle, le sperme coulant sur ses seins luisait dans la nuit.

Nous étions venus tenter une expérience excitante et cela a répondu à tous nos désirs de plaisirs, même si le lendemain, il a fallu nettoyer tout un coté de la voiture.

 

 

Navigue dans cette catégorie

1 Commentaire

  1. Bonjour très joli récit. Tres excitant . J’en bande encore.
    J’adore la partie fabrika branleur et fabrika cocu… continuez SVP avec les audios , les vidéos et vos récits , je regarde chaque jour si il y a du nouveau. Bises chris

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This