Les histoires de cocus » David, le stagiaire

David, le stagiaire

Une épouse délaissée

Je m’appelle Claire, j’ai 48ans, je suis mariée depuis 25 ans et j’aime mon mari. Ensemble, nous avons eu deux beaux enfants et j’ai une vie dont je suis assez satisfaite.
Avec le temps, malheureusement, les jeux dans le lit ont commencé à s’espacer, à s’espacer de plus en plus… et nos relations intimes se limitent à une au deux fois par mois. Lorsque les enfants étaient à la maison, cela ne posait pas de problème, je n’avais pas le temps, ni l’envie de faire l’amour, mais depuis qu’ils sont partis, mes envies reviennent.

Comme je travaille à mi-temps, dans un cabinet comptable, j’ai mes après-midis libres, et pour assouvir mes envies, j’ai pris l’habitude de regarder un peu de porno sur le net. Petit à petit, j’ai commencé à aller sur des forums et des chats. Je discutais avec des hommes, nous avions des dialogues cochons pendant lesquels, je me masturbais, en mettant toujours en garde sur le fait qu’une rencontre n’était pas envisageable.

C’était devenu une sorte de routine, mon jardin secret avec ma main, mes doigts et mon ordinateur.

Sauf que mon mari suite à un accident en moto, a dû être immobilisé pendant 2 mois. Deux mois, pendant lesquels je ne pouvais plus assouvir mes désirs avec des chats et du porno.
C’est à cette période qu’un stagiaire en gestion comptable est arrivé dans l’entreprise, pour une durée d’un mois. Il était gentil, intelligent, il comprenait vite et il était plutôt mignon.

J’ai assez vite sympathisé avec David, le stagiaire, il s’amusait à me charrier à cause de notre différence d’âge, il me disait tout le temps, « ha, si j’avais ton âge, Claire, je te ferais du rentre dedans ». Ça le faisait rire, car je rougissais à chaque fois mais je lui répondais, à chaque fois « si j’avais eu le tien, je me serais laisser faire ».
Puis vint la fin du stage et son pot de départ. Il avait sorti le grand jeu, comme s’il avait travaillé avec nous durant des années, champagne, petit toast et du rhum arrangé fait maison. Comme tout le monde l’appréciait, tout le bureau lui a fait un beau cadeau, un super blouson de cuir, comme il en rêvait.

Une tentation trop forte

La soirée avançant, on était de moins en moins nombreux, jusqu’à ne finir que lui et moi remettre de l’ordre et à débarrasser.
Lorsque tout était bien rangé, nous avons pris une dernière coupette, il me dit comme souvent « Ha, Claire, si j’avais eu ton âge… » et il finit sa phrase par un clin d’œil. 3 coupettes, privée de sexe et de masturbation sur mes forums, je lui répondis « si tu avais eu mon âge, tu n’aurais eu aucune chance avec moi… alors que là ».

Il a vite compris le message, il a posé son verre et il est venu m’embrasser. J’ai senti ses lèvres et sa langue prendre possession de moi. Cela faisait 25 ans que je n’avais pas embrassé un autre homme que mon mari et là, c’était très bon. Je savais que ce n’était pas bien, qu’il ne fallait pas faire ça, mais j’avais besoin d’être satisfaite.

Sous ses baisers, je pris rapidement les choses en main, du moins la chose. Je caressais sa queue que je sentais bander à travers son pantalon de costume, il eut l’air surpris que je sois aussi directe, mais cela n’avait pas l’air de le gêner.
Ses mains commençaient à parcourir mon corps, mes fesses, mes seins, mes cheveux, hum, que c’était bon.
Je baissai son pantalon et son boxer, pour mieux toucher sa queue, elle était bien plus dur que celle de mon mari et j’aimais cela. Il entreprit de me soulever pour me poser sur la table, puis glissa la tête sous ma robe.

Je sentais son souffle chaud et sa langue parcourir le haut de mes cuisses. Je soupirai de plaisir, au moment où je sentis que sa langue avait trouvé un chemin pour passer sous ma culotte…. Oui, il me léchait la chatte ! Cela faisait des années que personne ne m’avait mangé le minou. Je sentis qu’il retirait ma culotte et ainsi il put mieux me dévorer. C’était si bon de se faire câliner, par une langue experte, ce petit bouton que mon mari n’a toujours pas trouvé. Je sentais des vagues de chaleur et de désirs parcourir mon corps, oui j’en voulais encore. A ce moment, je ne pensais plus du tout à mon mari, je pensais qu’à David et au plaisir que j’avais grâce à lui.

Une Jouissance infidèle

Puis, vinrent des contractions et comme un tsunami en moi, je me mis à jouir, il me léchait la chatte et je jouissais sur sa langue, j’étais aux anges. Il sorti de sous ma robe, avec un grand sourire et me demanda si tout aller bien, je lui dis merci, que c’était parfait et que je voulais le faire jouir à mon tour.

Je l’attirais vers moi pour qu’on puisse encore s’embrasser et de ma main, je positionnais son sexe à l’entrée du mien et il fit le reste. Il entra en moi avec délicatesse et j’ai pu savourer chaque centimètre de cette tige de chair qui me pénétrait. J’étais en trans et j’avais besoin qu’il me baise, alors je luis dis « David, stp, baise moi à fond ».
Il commença à faire des aller-retours dans mon vagin, il explorait de son gland, le fond de ma chatte, il avait une longue queue et pouvait me ramoner profondément.

Je tenais avec mes deux mains son petit cul musclé et je lui montrais qu’il pouvait y aller plus vite et plus fort.
Il comprit bien le message et commença à me pilonner, tout en me regardant dans les yeux. Il était trop beau et c’était trop bon d’être prise comme çà. Il alternait coups rapides et coups longs et profonds, un vrai délice. Je savais que c’était mal, mais je voulais le sentir jouir en moi, alors je le tenais fermement pour pas qu’il s’échappe, pour qu’il comprenne qu’il pouvait décharger en moi.

Mais à me concentrer sur son plaisir, je n’avais fait attention que le mien revenait de plus bel.
Je me mis à jouir encore une fois, en gémissant et comme il n’arrêtait pas ses mouvements dans mon corps, mon orgasme ne s’arrêtait pas non plus. Me faire jouir l’avait rendu encore plus mâle, encore plus puissant, il continuait à me besogner avec force.

Je prenais tellement de plaisir que mes yeux convulsaient, puis mes doigts et mes ongles s’enfoncèrent dans la peau de ses fesses au moment, où un autre orgasme arriva. Je jouis encore une fois et encore plus fort. Je l’entendis hurler « oui Claire, çà vient, ma belle », et il devint bestial et je sentis des spasmes dans sa queue et enfin, il jouissait en moi. Quel plaisir, après 3 orgasmes, de le sentir me féconder, de sentir sa semence emplir ma chatte, c’était si abondant et si chaud.

On s’embrassa longuement avant de se dire merci l’un l’autre et de se rhabiller.

J’étais encore toute tremblante lorsqu’on échangea notre dernier baiser avant de se dire au revoir après un moment d’extase.

Je n’ai jamais revu David et comme mon mari a pu reprendre son travail, j’ai repris mes séances de masturbation durant mes après-midis. J’ai même acheté un vibromasseur qui me fait tellement jouir que je l’ai appelé David.

Navigue dans cette catégorie

2 Commentaires

  1. Je te prendrais bien comme ça Claire

    Réponse
  2. Délicieuse histoire, Claire et David mmmmmmmmmm

    Réponse

Soumettre un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This